×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Gharb-Chararda-Beni Hssen
On l’a laissée mourir…

Par L'Economiste | Edition N°:2236 Le 17/03/2006 | Partager

. Une pauvreté flagrante non loin des grandes métropoles. 6 personnes sur 10 vivent avec moins de 9 DH par jour à HaddadaDIFFICILE d’expliquer l’ampleur de la pauvreté dans une région aussi riche que le Gharb-Chararda-Beni Hssen. Située à la lisière de la capitale et non loin de Casablanca, Kénitra, chef-lieu de la région, constitue à côté de ces deux métropoles l’axe historique de développement au Maroc. La région dispose d’énormes potentialités dans tous les secteurs économiques. Elles ne profitent résolument qu’à une minorité, laissant de larges franges de la population dans la misère. En témoignent, les inégalités flagrantes, véhiculées par l’indice de Gini qui s’élève à plus de 35% dans la totalité des communes de la région. Les données sociales du Gharb, mises en exergue dans le rapport du HCP, sont pour le moins paradoxales. Le taux de pauvreté moyen tourne autour de 20,5%. La commune rurale la plus démunie est Haddada dans la province de Kénitra, où 7.113 personnes sur un total de 11.856 vivent avec moins de 9 DH par jour. En revanche, les données de développement humain et social atteignent des niveaux élevés par rapport aux autres régions. L’indice de développement humain se maintient aux environs de 0,5. Celui du développement social est situé entre 0,4 et 0,8. Cela s’explique apparemment par la proximité des métropoles économiques et la position de la région au milieu des grands axes routiers et ferroviaires nationaux. Cette «abondance» des infrastructures n’induit pas pour autant un développement économique et social global.Le Gharb est un des précurseurs de la modernité économique au Maroc. Les premières industries et exploitations agricoles modernes y ont vu le jour depuis l’époque coloniale. Sur le volet agricole, le bassin hydraulique de la région est l’un des plus riches du Royaume avec plus d’une dizaine de barrages tout au long de Oued Sebou. Les cultures exploitées sont généralement à forte valeur ajoutée (agrumes, fraises, betteraves sucrières, tournesol…). Sans parler des ressources forestières générées par l’exploitation de la Maâmoura. La région est également un pôle industriel de choix concentrant des unités pilotes de la pétrochimie et l’agroalimentaire. Toutes ces données encourageantes se heurtent à la réalité sociale. Par exemple, la commune de Sidi Yahya El Gharb située au cœur de Maâmoura se distingue par un taux de pauvreté supérieur à 20%. A Dar Elgueddari, qui abrite une des plus importantes raffineries de sucre, ce taux s’élève à 17,32%!Le faible impact social des grands projets de développement se concrétise dans la province de Kénitra, réputée par la propagation des bidonvilles et des habitations insalubres et la prolifération de la criminalité et de l’exclusion. A l’origine: les inégalités accablantes qui s’accentuent dès que l’on s’approche des centres urbains (44,14% à Kénitra). Le tarissement des industries et des axes commerciaux datant de l’époque coloniale contribue également à la précarité, mais n’explique pas pour autant ces niveaux alarmants.La misère rurale est toujours aussi accrue dans la province de Sidi Kacem, en dépit du progrès agricole notable qu’elle a enregistré. Les inégalités sont aussi persistantes (aux alentours de 40%) entre les propriétaires terriens exploitant les fermes modernes et les petits fellahs. La province est également à la merci des aléas climatiques en raison de sa forte dépendance à l’agriculture accentuant ainsi l’effet de la sécheresse sur les plus pauvres.Par ailleurs, aucun projet de développement intégrateur susceptible d’initier un progrès économique et social global n’est prévu dans la région.Nouaim SQALLI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc