×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Forum mondial des gaz de pétrole liquéfié : Le développement de la consommation des GPL limitera la déforestation

    Par L'Economiste | Edition N°:51 Le 29/10/1992 | Partager

    Le cinquième congrès et exposition du "The World LPG Forum" s'est tenu du 21 au 23 Octobre au Palais des Congrès de Marrakech. Le Forum a connu une participation de 40 compagnies de 30 pays différents. Près de 60 stands étaient installés Plusieurs thèmes ont été traités, relatifs à la production et à l'utilisation des Gaz de Pétrole Liquéfié (GPL). Un des thèmes en rapport avec le contexte marocain a été celui de l'utilisation des GPL pour limiter la déforestation.

    "Les services des Eaux et Forêts sont disposés à contribuer à la diffusion du gaz butane dans les régions forestières non couvertes suffisamment par les circuits commerciaux", précise un responsable du Ministère de l'Energie. Des maisons forestières seront créées notamment à Azilal et à Al Hoceima et serviraient d'entrepôt des bouteilles de gaz. La consommation des GPL a évolué à un rythme annuel de l'ordre de 8%, contre à peine 3% en moyenne, pour l'ensemble de la consommation des produits pétroliers. Par tête d'habitant, la consommation des GPL a évolué de 15kg en 1982 à 25kg en 1991. Cependant, cette consommation spécifique reste relativement faible en comparaison avec des pays voisins comme l'Algérie ou l'Espagne. Actuellement, le marché national des GPL est constitué essentiellement par l'usage domestique. Quant aux ventes de propane, elles représentent à peine 9% des ventes des GPL, et sont réalisées presque exclusivement par les livraisons en vrac .

    La production locale des deux raffineries SAMIR et SCP ne couvre que le tiers environ des besoins du pays en GPL. Le reste est assuré par des importations en sous-pression et en réfrigéré. Les importations s'accroîtront à l'avenir pour faire face aux besoins croissants du pays en GPL qui s'estiment en l'an 2000 à environ 1,2 million de tonne, soit le double à peu près de la consommation actuelle. Sur la base d'une production locale pratiquement constante de l'ordre de 250.000 TM/ an, sans réalisation donc par les raffineries d'unités d'hydrocraking pour traiter la naphta excédentaire, les importations se situeraient en l'an 2000 aux alentours d'un million de tonnes contre 420.000TM en 1991. Les importations sont effectuées par la Société Nationale des Produits Pétroliers (SNPP) qui stocke le produit dans les caves de la Société Marocaine de Stockage (SOMAS) et par les centres emplisseurs directement.

    Afin d'encourager la consommation des GPL, de 1973 à aujourd'hui, le prix de vente au public des GPL n'a été multiplié que par 3, contre 5,5 pour les essences, 9 pour le gasoil, 12 pour le fuel oil et 8 pour le pétrole lampant. Aussi, les prélèvements fiscaux pour les GPL sont de l'ordre de 2% de la totalité des recettes fiscales pétrolières, alors que ces produits constituent 12,7% du marché pétrolier. Le développement de la consommation des GPL pourrait réduire la déforestation. En effet, le niveau de consommation marocaine de bois de feu est loin d'être négligeable comparé aux capacités de production forestières du pays. L'enquête récente menée dans la Willaya, de Casablanca montre que cette agglomération consomme annuellement 250.000 tonnes de biomasse combustible dont 62,5% d'origine forestière. En extrapolant les résultats de l'enquête de Casablanca à l'ensemble des villes du pays, il s'avère que la consommation urbaine représente la totalité et dépasse même le volume de bois de feu provenant des coupes régulières en forêt. Les enquêtes réalisées à travers diverses régions du pays révèlent que la consommation de bois de feu en milieu urbain est de l'ordre de 0,1 m3/hab/an. En milieu rural, les consommations varient entre 400 kg/hab/an à 3.700 kg/hab/an.

    En prenant pour référence une consommation national de 10 à 11 millions de m3 par an, les experts soulignent un déficit important et croissant à l'horizon 2000-2020. En effet, les capacités productives des forêts sont comprises annuellement entre 1 et 5 millions de m3 par an. Le déficit en bois de feu se traduit par la diminution inquiétante du capital forestier sur pied . On parle d'un déboisement de 15 à 40.000 hectares par an, alors que le rythme des plantations est compris entre 10 et 15.000 hectares. "Dans les régions forestières, il serait même utile d'aider la population à faible pouvoir d'achat à acquérir les récipients de gaz", déclare un responsable du Ministère de l'Energie.


    Les exposants

    "L'exposition est une réussite à 100%", déclare le responsable du stand d'Afriquia Gaz. Prés de 60 exposants marocains et étrangers ont occupé le hall du palais des congrès de Marrakech. Les étrangers sont surtout venus vendre du matériel. Blakmer, spécialiste dans les pompes et matériel de compression, est désormais représenté par la Société Maghrébine d'Equipement Gaz Pétrole et Industrie (Egap) qui a vendu lors du Forum l'ensemble du matériel exposé.

    Afriquia Gaz, à l'occasion du Forum, a posé la première pierre pour la construction d'un nouveau centre emplisseur pour la région de Marrakech. Le coût d'investissement est estimé à 60 millions de Dirhams. La production annuelle serait de 70.000 tonnes extensibles à 100.000 tonnes. Le Groupe Afriquia en collaboration avec la société ZIZ a également lancé, l'année passée, la société Technogaz pour fabriquer des bouteilles. Sa capacité annuelle de production est de 300 à 400.000 unités.

    Les visiteurs ont également découvert la nouvelle Société de Fabrication de Réservoirs Métalliques (Sofrenor) qui, située à Nador, sera opérationnelle vers la fin 1992. Le capital social de la société est de 32 millions de Dirhams. La SNPP a été chargée des études sectorielles des études de sécurité. Innovations obligent, les bouteilles de 12 kg et plus ont été dotées d'un collier fixé par soudure au corps de la bouteille permettant une facilité de manipulation et une protection du robinet. Pour prévenir les chocs, un recourbement à l'intérieur de leur partie inférieure a été réalisé. Aussi, tenant compte des particularités du climat marocain, le volume de la bouteille de 3 kg a été porté de 6,02 à 6,47 litres. La production annuelle de Sofrenor, en deux postes de travail, sera de 300.000 bouteilles de 12 kg, 800.000 de 3 kg et 10.000 de 35 kg.

    Liquigaz Maghreb, société maroco-canadienne de propane, créée en Juillet 1991, utilise un nouveau matériel. Il s'agit du vaporisateur, appareil qui permet la vaporisation du propane avant son utilisation.

    Shell Maroc détenant 31% de la part du marché de butane et 72% de celle du propane vise l'intégration par filière afin de récupérer les différentes marges de la production. En effet, ces dernières fixées par le Ministère de l'Energie et des Mines sont jugées très faibles.


    Laïla TRIKI


    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc