×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Forum économique de Davos
Retour à la vocation initiale, l’économie

Par L'Economiste | Edition N°:2200 Le 25/01/2006 | Partager

. Cette rencontre mondiale se penchera sur les miracles chinois et indien. Sus aux discussions trop politisées. Les patrons affluent en masse, les leaders politiques réticents Davos rassemblera de nouveau les grands décideurs de l’économie mondiale le temps du Forum économique mondial qui démarre aujourd’hui pour s’achever le 29 janvier. Une édition marquée par le retour à la vocation première de la manifestation, l’économie. Dans les éditions précédentes, il avait dévié vers des problématiques politiques en présence d’un grand nombre d’icônes hollywoodiennes.Le fondateur du forum, Klaus Schwarb, ne veut plus que les discussions dérivent vers «des sujets trop politisés». Il refuse également de transformer l’événement en une «conférence de développement nord-sud». Le thème principal de cette édition sera l’examen de l’ascension économique fulgurante de la Chine et l’Inde que Schwarb qualifie de «chance» et non de menace, comme estime le commun des libéraux occidentaux.Les participants se pencheront également sur la question épineuse des approvisionnements en pétrole et en gaz. Une problématique taraude actuellement l’intégralité du tissu économique mondial, après la progression inquiétante des cours, atteignant des niveaux similaires à ceux enregistrés en août et septembre 2005. Au cours d’un débat sur l’énergie seront examinées les réponses possibles à un scénario catastrophe: des attaques terroristes contre des pipelines et des raffineries font grimper le baril à plus de 120 dollars! Le forum ne manquera pas de traiter les dernières fluctuations du dossier nucléaire iranien exacerbé par les déclarations explosives du président Mahmoud Ahmadinedjad et ses menaces d’utiliser le pétrole pour faire chanter les Occidentaux contestataires de son programme controversé. Les grandes questions inhérentes à la gestion des entreprises sont également au programme à Davos. Des thèmes comme l’innovation, la productivité ou l’éthique seront au menu des chefs d’entreprise. Ils discuteront aussi du libre-échange et des travailleurs immigrés.Plus que 17 chefs d’Etat seront de l’événement, dont principalement la chancelière allemande Angela Merkel, qui lancera aujourd’hui les travaux. Aucun responsable américain de marque n’a fait le déplacement à la station de ski suisse, laissant ainsi de grandes interrogations quant à l’intérêt US pour l’événement. Israéliens et Palestiniens pénaliseront également par leur absence les travaux du forum.Parmi les dirigeants attendus figurent le secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, les Premiers ministres irakien Ibrahim Jaafari et turc Recep Tayip Erdogan, les présidents pakistanais Pervez Musharraf, afghan Hamid Karzai et nigérian Olusegun Obasanjo.Pourtant, Davos connaîtra un afflux massif des chefs d’entreprises. Plus de 735 d’entre eux sont au rendez-vous pour confirmer le pouvoir économique mais aussi politique grandissant du monde des affaires. Les plus en vue parmi eux sont certainement l’homme le plus riche du monde, Bill Gates, patron de Microsoft, Michael Dell, le génie du Hardware. Sans oublier le magnat de Virgin, Richard Bronson. Plusieurs patrons de multinationales sont aussi de la manifestation, principalement Peter Brabeck (Nestlé), Daniel Vasella (Novartis).Le vice-Premier ministre chinois Zeng Peiyan, responsable du plan quinquennal chinois, sera à Davos, de même que le gouverneur de la banque centrale Zhou Xiaochuan. L’Inde sera représentée par son ministre du Commerce Kamal Nath. Celui-ci se joindra, en marge du Forum, à une trentaine d’autres ministres de pays membres de l’OMC qui s’efforceront de donner suite à la conférence de Hong Kong de décembre sur la libéralisation des échanges mondiaux.Les débats sur l’énergie se dérouleront en présence du Nigérian Edmund Daukoru, président pour 2006 de l’Opep et du ministre koweïtien de l’Energie, Ahmed Fahd al-Sabah.Les Français seront plus nombreux que d’habitude dans ce temple du libéralisme qu’ils avaient tendance à bouder. Le ministre de l’Economie et des Finances Thierry Breton et huit PDG feront le voyage.Quant à la problématique du nucléaire iranien, elle sera évoquée par les chefs des diplomaties allemand et britannique ainsi que par Mohamed ElBaradei, le directeur général de l’AIEA.Le monde du sport fera son entrée à Davos avec les légendes du football Pelé et de la boxe Mohammed Ali, ainsi que Jacques Rogge, président du CIO, et Joseph Blatter, président de la Fifa. Quelques célébrités pimenteront de leur présence ce rendez-vous du gotha de la finance et de la politique, comme les chanteurs Bono et Peter Gabriel et l’actrice Angelina Jolie.Nouaïm SQALLI (avec AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc