×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Fort ralentissement des commandes d’Airbus

Par L'Economiste | Edition N°:2316 Le 11/07/2006 | Partager

. Gros bonus pour l’ex-coprésident de EADS à l’origine du retardL’EX coprésident français d’EADS, Noël Forgeard, aurait obtenu des indemnités de départ «représentant trois ans de salaire», deux prévues par son contrat et une troisième au titre d’une clause de non-concurrence. Il aurait ainsi touché une rémunération brute de 2,33 millions d’euros en 2005. Elle comprend un salaire fixe annuel de 1,13 million d’euros et un bonus de 1,2 million au titre de l’année écoulée, selon le rapport annuel du groupe européen d’aéronautique et de défense. L’ex-patron d’Airbus, dont l’éviction a été annoncée dimanche dernier, a fait les frais des nouveaux retards du programme Airbus d’avion géant A380.En effet, Airbus a enregistré un fort ralentissement de ses commandes au premier semestre par rapport à la même période de l’an dernier. Et ceci avec 117 commandes fermes d’appareils commerciaux contre 276 au premier semestre 2005, selon des chiffres publiés le 10 juillet sur son site internet. Le constructeur aéronautique européen, détenu à 80% par EADS, a pâti des incertitudes entourant ses programmes de long-courrier: il souffre de l’échec commercial de son nouveau long-courrier A350 face au modèle concurrent à succès, le 787 de l’américain Boeing. Airbus se voit ainsi nettement dépassé, en termes de commandes, par son rival Boeing qui comptait 480 commandes au 5 juillet, un chiffre encore meilleur que ses 441 commandes enregistrées au premier semestre 2005. L’avionneur européen garde toutefois l’avantage sur le terrain des livraisons, avec 219 avions livrés au premier semestre contre 160 pour Boeing. L’A350, à l’origine dérivé de l’A330, a essuyé une rafale de critiques de la part des clients, forçant Airbus à de profondes modifications du programme, actuellement en cours. Le groupe européen a également été pénalisé par l’annonce mi-juin de nouveaux retards de livraison de son avion géant A380. L’avion vedette de la gamme Airbus, commandé depuis son lancement à 159 exemplaires, n’a reçu aucune nouvelle commande depuis le début de l’année. Au total, Airbus n’a enregistré que 21 commandes de long-courrier (A330-A340-A350-A380) depuis janvier. Dans les monocouloirs (100 à 200 places), Airbus est également devancé par Boeing avec 96 appareils commandés sur six mois, contre 374 pour l’américain. Synthèse l’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc