×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Gaza : L’armée israélienne ne lâche pas prise

Par L'Economiste | Edition N°:2316 Le 11/07/2006 | Partager

. Les raids du Tsahal se poursuivent. Abbas ordonne l’envoi de deux émissaires à DamasIsraël a annoncé, le 10 juillet, qu’elle poursuivait son offensive dans la bande de Gaza sans garantir une «victoire» rapide sur les lanceurs de roquettes palestiniens et refusait de libérer des détenus contre son soldat capturé. Les violences se poursuivent alors qu’Israël vient de rejeter l’offre du gouvernement Hamas. Celui-ci avait proposé un arrêt bilatéral des opérations. Quarante-deux Palestiniens et un soldat israélien ont été tués depuis l’élargissement la semaine dernière de l’offensive israélienne lancée le 27 juin dans la bande de Gaza. Un bébé de 15 mois, atteint le 21 juin lors d’un raid aérien au sud de Gaza, est décédé des suites de ses blessures. «Nous n’avons pas fixé de durée particulière pour cette opération. Elle va se poursuivre en lieu et en temps et avec divers moyens», a déclaré le Premier ministre Ehud Olmert. Il a souligné que «l’objectif principal de l’opération militaire est de libérer le soldat enlevé, le caporal Gilad Shalit et de faire cesser les tirs de roquettes Qassam contre la population civile israélienne». Gilad Shalit, 19 ans, a été enlevé le 25 juin lors d’une attaque meurtrière en Israël. Elle a été revendiquée par trois groupes armés palestiniens, dont les Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas au pouvoir. Olmert a indiqué que l’offensive va prendre fin «quand les tirs de Qassam cesseront de même que les attaques contre des civils innocents». Il a rejeté les critiques sur un recours disproportionné à la force d’Israël, en soulignant qu’il est difficile d’évaluer «l’anxiété, la peur, le choc, le manque de sécurité de dizaines de milliers de personnes vivant au quotidien sous la menace constante de roquettes». Le président palestinien Mahmoud Abbas a ordonné l’envoi de deux émissaires à Damas pour des entretiens avec le chef du bureau politique du Hamas, Khaled Mechaal, dans une tentative de régler l’affaire du soldat enlevé. Israël accuse en effet Mechaal d’être le cerveau de l’enlèvement de son soldat et de détenir la clef de la solution. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc