×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

FMI/G7: L’économie mondiale en bonne santé

Par L'Economiste | Edition N°:2359 Le 12/09/2006 | Partager

. La région la plus dynamique demeure l’AsieL’ÉCONOMIE mondiale, que le FMI, la Banque mondiale et le G7 Finances ausculteront cette semaine lors de leurs réunions de Singapour, continue d’afficher une santé insolente en dépit des signes d’essoufflement américains et d’un pétrole toujours cher. Le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, qui tiennent sur place leurs assemblées annuelles les 19 et 20 septembre, devraient présenter un bilan de santé flatteur pour la planète. Le FMI va revoir en hausse ses prévisions de croissance mondiales à 5,1% en 2006 et 4,9% en 2007 (contre 4,9% et 4,7% attendus au printemps), soit une cinquième année consécutive de forte expansion, selon un document obtenu par l’AFP. Sans surprise, la région la plus dynamique demeurera l’Asie, et en premier lieu la Chine, où la croissance, loin de ralentir, devrait afficher 10% de croissance en 2006 comme en 2007. Même pour les Etats-Unis, où les économistes et les marchés guettent pourtant avec anxiété le moindre signe de dégonflement de la bulle immobilière, redoutant qu’il ne sonne le glas de la prospérité américaine de ces dernières années, les auspices demeurent assez bons. Le FMI table sur une croissance de 3,4% en 2006 et 2,9% en 2007 (contre 3,4% et 3,3% auparavant). La zone euro va voir pour sa part ses prévisions de croissance revues en hausse (à 2,4% et 2% contre 2% et 1,9%). Celles concernant le Japon vont peu évoluer (2,7% et 2,1% contre 2,8% et 2,1%). Malgré ces bonnes nouvelles, la prudence reste de mise. Le FMI relève en particulier, qu’après quatre ans de forte croissance mondiale, la probabilité d’une dégradation de la situation est nettement plus élevée que celle d’une embellie.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc