×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Fini la «Gouffa»

Par L'Economiste | Edition N°:2388 Le 26/10/2006 | Partager

. La restauration cédée au privé. Une expérience-pilote menée à Kénitra Le ministère de la Justice se prépare à céder au privé la restauration au sein des établissements pénitentiaires. Une expérience-pilote a été lancée au niveau des prisons centrale et locale de Kénitra. Le contrat signé avec la société de restauration collective Eurest s’étale sur 3 mois. Le choix des prisons de Kénitra n’est pas fortuit. Il s’agit de deux prisons où très peu de mouvements sont enregistrés. Cette «stabilité» est due à la nature des condamnations, de dix ans et plus. Ces deux pénitenciers connaissent également les plus faibles nombres de visites familiales. Commencer par Kénitra revient donc à parer au plus urgent. «En cas de réussite, le projet sera étendu aux autres prisons, mais dans les limites des moyens disponibles», a déclaré mercredi le ministre de la Justice, Mohamed Bouzoubaâ, en réponse à une question du groupe socialiste. L’objectif avoué est d’améliorer le niveau quantitatif et qualitatif des repas servis conformément aux normes sanitaires. Il s’agit aussi de revoir la méthode de distribution des repas dans un souci de rentabilité et de modernisation des méthodes de travail et de gestion. «Nous nous sommes rendu compte qu’à la qualité de la nourriture qui suscite le mécontentement des prisonniers s’ajoutait un taux de déperditions énorme. Déléguer la restauration revient à maîtriser les coûts tout en assurant une bonne qualité de services», souligne-t-on du côté du ministère. A l’enjeu économique s’ajoute un autre, d’ordre sécuritaire. Cette mesure permettrait de réduire les quantités de drogue et d’armes blanches qui pénètrent dans les prisons à travers les approvisionnements que reçoivent les prisonniers de la part de leurs proches. Le personnel pénitentiaire, estimé à 5.000 fonctionnaires, est trop réduit pour assurer des contrôles systématiques. Tout en permettant des contrôles plus stricts, la concession de la restauration allégera les budgets des familles des prisonniers, grevés lourdement pas la «Gouffa». Et pour cause, cette mesure ne signifie pas l’annulation du caractère gratuit de la restauration. L’Etat prend en charge la totalité des dépenses. Celles-ci vont cependant augmenter substantiellement. Le budget alloué à la restauration est certes passé à 7,3 DH le repas récemment, contre seulement 4,6 DH. Mais le prix que comptabilisera Eurest s’élève à 12,88 DH. Cela représente un total de 699.000 DH par repas pour les 52.000 prisonniers que compte le Maroc, contre 364.000 DH actuellement. Combler cet écart passe par une augmentation du budget alloué à la direction des prisons. Actuellement, 50% de ce budget sont destinés à la nourriture dans les prisons.


Cellules privées

Le département de Bouzoubaâ n’a pas l’intention de privatiser la gestion des établissements pénitenciers. «Nous n’en sommes pas encore là», a répondu le ministre. La restauration n’est cependant qu’une première étape allant dans le sens de la modernisation de la gestion des prisons. La concession d’autres services est dans le pipe. À commencer par le logement. Une partie des cellules pourrait être gérée à l’image des établissements hôteliers, avec des «chambres» individuelles et un minimum de commodité. Elle pourrait être mise à la disposition de prisonniers qui auraient les moyens de les «louer». On pratique déjà cette formule. Il s’agit uniquement de l’institutionnaliser. L’argent récolté contribuera à financer une partie des dépenses liées à la construction, gestion et entretien d’autres établissements. T. Q.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc