×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

La taxe de promotion touristique plus chère

Par L'Economiste | Edition N°:2388 Le 26/10/2006 | Partager

. Entrée en vigueur le 1er novembre . Le décret pas encore publié. Restructuration du dispositif de promotionNOUVEAU barème pour la taxe de promotion touristique (TPT). Son application est prévue pour le 1er novembre et n’attend plus que la publication au Bulletin officiel (BO) du décret complétant celui de 1979 (n° 2.79.749 du 31 décembre). Celle-ci ne saurait tarder selon la Fédération nationale de l’industrie hôtelière (FNIH), qui a d’ailleurs a adressé une note aux établissements hôteliers leur rappelant la mesure. Le projet de décret concerne tous les établissements touristiques répondant à la définition de la loi n°61-00. Il s’agit des hôtels, maisons d’hôtes, villages de vacances, résidences touristiques, motels, auberges, gîtes, pensions et autres relais. La réforme de cette taxe a nécessité un avenant à l’accord d’application du 29 octobre 2001 («Vision 2010») liant le gouvernement et les opérateurs privés. La hausse, négociée entre le gouvernement et la Fédération nationale du tourisme (FNT) depuis le 11 octobre 2005 a été annoncée en février de la même année. Celle-ci permettra à l’Office national marocain du tourisme (ONMT) de disposer de plus de ressources pour assurer sa mission de promotion touristique (marketing, distribution et communication). Rappelons que le gouvernement a de son côté consenti à une nouvelle augmentation du budget de l’office, avec une dotation de 300 millions de DH sur trois années (cf. www.leconomiste.com). La FNIH a marqué son accord pour cette réforme quant aux taux appliqués, au mode de facturation et de recouvrement. La nouvelle grille qui doit donc entrer en vigueur dans moins d’une semaine portera la contribution de cette taxe de 55 millions de DH en 2005 à 160 millions en 2008 (les augmentations prévues seront de 50 millions de DH en 2006, de 100 millions de DH en 2007 et de 160 millions en 2008). Une manne financière appelée à évoluer rapidement en fonction des nuitées. Selon les chiffres fin août 2006, les derniers à être disponibles, les 4,672 millions de touristes qui ont visité le Maroc ont passé plus de 11,3 millions de nuitées dans les établissements d’hébergement classés, soit une hausse de 6% par rapport à la même période en 2005. Le renforcement du budget de l’ONMT entre dans le cadre d’un projet plus global, qui vise à réorganiser la structure. Celle-ci sera déchargé de la collecte de la taxe de promotion touristique, de la gestion du patrimoine hôtelier de l’Etat et de la formation du personnel hôtelier. Les effectifs affectés à ces trois tâches seront probablement redéployés dans la fonction publique (direction des Impôts, ministère du Secteur public, OFPPT…) Il s’agirait aussi d’associer les professionnels du secteur à la conception et à la gestion de la politique de promotion touristique en transformant l’ONMT en un groupement d’intérêt économique (GIE) sans but lucratif, à parité public/privé et baptisé Maison Maroc.


La nouvelle grille

La taxe de promotion touristique est fixée par personne et par nuitée, selon un barème en fonction de la catégorie d’établissement. Dés la publication du texte au BO, elle sera de 15 dirhams pour les hôtels classés dans la catégorie luxe, de 11 pour les cinq étoiles et les maisons d’hôtes de la première catégorie. Les clients des établissements 4 étoiles et les maisons d’hôtes de deuxième catégorie devront s’acquitter de 8 dirhams par nuitée. Les tarifs déclinent donc avec la catégorie de l’établissement (entre 5 et 2 DH par nuit). Les clients des auberges, relais et autres gîtes n’auront à verser quant à eux qu’un dirham. Attention: des pénalités allant de 0,5 à 10 % du montant mensuel de la taxe seront appliqués aux hôteliers fraudeurs ou retardataires.Amine BOUSHABA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc