×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Fiat: Le plan «Colaninno» rejeté

Par L'Economiste | Edition N°:1441 Le 21/01/2003 | Partager

. La famille Agnelli qui contrôle 30% du capital serait sur le point de reprendre l'initiativeLe plan présenté par l'ancien patron d'Olivetti et Telecom Italia, Roberto Colaninno, pour la relance de Fiat «ne contient pas de grande nouveauté«, a indiqué le président du groupe automobile. C'est ce qu'a rapporté hier, lundi, le quotidien La Stampa, propriété de Fiat. Cette remarque, lancée dimanche lors d'une réunion avec des cadres de direction du groupe, tend à confirmer que le plan présenté par Colaninno n'a pas les faveurs de Fiat, de l'actionnaire de référence, les Agnelli, ou encore des banques créancières, comme l'indique la presse italienne depuis une semaine.«Jeudi soir, Roberto Colaninno a présenté son projet. Il ne contient pas de grande nouveauté. Le Conseil d'administration de Fiat s'est engagé à l'examiner à brève échéance«, a indiqué Fresco, selon La Stampa. «Notre groupe a différentes options que nous expliquerons demain«, a annoncé encore le responsable lors d'une courte intervention, selon le journal du groupe. D'après plusieurs autres journaux, la famille Agnelli, qui contrôle 30% du capital de Fiat, est sur le point de reprendre l'initiative.La banque conseil Merrill Lynch a mis au point, pour le compte des Agnelli, un plan qui prévoit la recapitalisation du groupe avec la possibilité pour de nouveaux actionnaires de faire leur entrée dans le groupe, selon La Repubblica. Le but ultime du programme est la recapitalisation de Fiat Auto et la scission de cette dernière société, à laquelle serait adjointe la filiale voitures de sport, Ferrari-Maserati, selon le journal.La Repubblica indique encore qu'en juillet, Umberto Agnelli devrait remplacer Paolo Fresco à la présidence du groupe.Le quotidien Corriere della Sera avance la même chose en ajoutant que John Elkann, petit-fils de Gianni Agnelli (ancien patron de Fiat, aujourd'hui diminué par la maladie et désigné comme successeur), devrait rapidement gagner le poste de vice-président de Fiat.Des décisions pourraient émerger d'une réunion de la société familiale Giovanni Agnelli C. Sapa, prévue pour vendredi. Un conseil d'administration exceptionnel de Fiat pourrait suivre.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc