×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Grande-Bretagne: Vaste coup de filet dans les milieux islamistes

Par L'Economiste | Edition N°:1441 Le 21/01/2003 | Partager

. La police britannique a procédé à plusieurs arrestations. Parmi les sept personnes, on compte probablement l'imam Abou Hamza al-MasriL'opération de la police dans la mosquée de Finsbury Park à Londres, où prêche l'imam radical controversé Abou Hamza al-Masri, est liée à la découverte, début janvier de traces de ricine. Ce poison a été trouvé dans un appartement du nord de la capitale, a affirmé, lundi, la police. Cette dernière n'a pas précisé si Abou Hamza al-Masri, 45 ans, connu pour ses prêches virulents contre l'Occident et menacé d'expulsion par la «Charity Commission«, organisation gouvernementale chargée de réguler les lieux de culte en Angleterre et au Pays de Galles, figure parmi les personnes arrêtées. «Bien que cette opération soit liée aux arrestations menées dans le nord et l'est de Londres le 5 janvier, à ce stade, rien ne permet de suggérer que des substances chimiques sont dans les locaux et qu'il y ait un risque pour le public«, a affirmé un porte-parole de Scotland Yard. «Cette opération fait partie d'une vaste enquête en cours de la section antiterroriste de la police sur des présumées activités terroristes à Londres et ailleurs au Royaume-Uni«, a poursuivi le porte-parole. C'est dans ce contexte que le ministre britannique de l'Intérieur, David Blunkett, a ordonné, hier lundi, un vaste coup de filet dans les milieux des terroristes présumés d'origine étrangère, qui utiliseraient la Grande-Bretagne comme base arrière. Blunkett a autorisé la police et les services de renseignements intérieurs à prendre «toutes les mesures nécessaires« pour traquer les étrangers soupçonnés de représenter une menace potentielle pour la sécurité du pays. Rappelant que sept personnes avaient été arrêtées les 5 et 7 janvier après la découverte de traces de ricine dans un minilaboratoire dans un appartement de Wood Green, un quartier du nord de Londres non loin de Finsbury Park. Le raid contre la mosquée a été «planifié sur la base d'informations des services de renseignements«, a précisé la police. Selon des témoins, quelque 150 policiers ont bouclé le quartier, tandis que deux hélicoptères survolaient la zone. Les policiers ont perquisitionné la mosquée ainsi que deux maisons de trois étages. A noter que la grande mosquée de Finsbury Park, située dans le nord de la capitale britannique, est considérée comme l'une des plus radicales du pays. Au moins l'un des quatre Nord-Africains inculpés, juste après une opération antiterroriste dans un appartement à Islington, début janvier, était un bénévole de la mosquée. Dès avril 2002, l'imam radical avait reçu notification d'une interdiction «temporaire« de prêche par l'organisation gouvernementale, mais il avait ignoré cette injonction. Après les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, Abou Hamza avait défrayé la chronique et il s'était attiré les foudres d'une grande partie de la communauté musulmane, en faisant l'éloge d'Oussama Ben Laden, ou en mettant en garde le gouvernement britannique contre les conséquences d'une guerre en Irak. (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc