×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

BNP Paribas: «Pas d'OPA sur la Société Générale»

Par L'Economiste | Edition N°:1441 Le 21/01/2003 | Partager

. Le groupe a publié lundi un démenti concernant cette opération rapportée par la presse. Hier, les cours des deux sociétés se sont orientés vers la hausseLe groupe BNP Paribas a démenti hier, lundi, l'information divulguée dimanche dernier par le journal britannique Independant On Sunday faisant référence à la préparation par le groupe d'une offre de 30 milliards d'euros sur la Société Générale (SG).Le quotidien anglais affirme en effet que la banque dirigée par Michel Pebereau pourrait lancer dans les deux semaines à venir une offre sur sa rivale à raison de 70 euros par action (prime de 25% sur les cours actuels), soit une addition finale de l'ordre de 30 milliards d'euros. The Independant cite des actionnaires importants de BNP Paribas, lesquels rapportent des conversations récentes du management de l'établissement de la rue d'Antin.Par ailleurs, dans sa dernière étude sur les banques françaises, Merrill Lynch avait évoqué ce scénario. L'analyste soulignait qu'une telle opération serait assez difficile à mettre en place mais que selon ses calculs, les deux établissements pourraient réaliser des synergies après impôts dès l'horizon 2005. Le broker (équivalent de courtier) évoquait un cours de 70 euros pour la SG, repris à son compte par la presse anglaise. L'analyste rappelait cependant que les employés de la SG, à l'époque de la première approche de la BNP en 1999, s'étaient montrés très virulents face à ce projet et avaient même publié un communiqué dans lequel ils traitaient l'offre de «grotesque«.A la Bourse de Paris, les rumeurs autour d'un rapprochement entre les deux établissements bancaires ont refait surface récemment. Et ce, à la suite de la contre-offensive lancée par le Crédit Agricole sur le Crédit Lyonnais, laissant peu de place à une surenchère de la part de BNP Paribas.Hier, à Paris, l'action Société Générale ouvre sur un gain de 1,3% à 56,45 euros tandis que celle de son homologue BNP Paribas est également bien orientée avec une hausse de 0,7% à 38,60 euros, preuve que le démenti a bel et bien atténué la spéculation. «Je pense qu'il n'y a pas de fumée sans feu, mais ce scénario correspond à ce à quoi les gens pensent depuis un certain temps«, estimait un trader en actions des banques européennes. Cet opérateur indiquait que le titre Société Générale ne montera pas à 70 euros, même si «l'opération serait sensée«. «Les nouvelles d'aujourd'hui ne sont pas une surprise car elles ont été discutées depuis plusieurs mois«, rappelait-il.«A mon avis, cette histoire a été lancée dans la presse par des actionnaires qui ont investi dans l'espoir d'une offre sur la Société Générale«, indiquait également le trader.«Mais comme la plupart des gens pensent que l'offre de BNP Paribas ne se produira pas avant le printemps, ces investisseurs ont lancé cette histoire dans la presse pour tester et accélérer l'opération«, poursuivait-il.Selon un autre vendeur, les titres des valeurs bancaires françaises resteront à l'avenir très sensibles à ce type de rumeurs.«On est dans un contexte où BNP Paribas va contre-attaquer. Dexia et Société Générale vont rester à la hausse, car ce sont plutôt des cibles potentielles«, expliquait-il.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc