×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Fès-Meknès: Hommage à Marguerite Duras

Par L'Economiste | Edition N°:2197 Le 20/01/2006 | Partager

. Un événement spécial aux Instituts français. Conférences, théâtre, spectacles et films au menu 2006Les Instituts français de Fès et Meknès (IFFM) entament ce début d’année 2006 avec des programmes culturels et artistiques très diversifiés. «Nous vous proposerons une variété de rencontres et d’objets d’art généreux, originaux, susceptibles de vous «embarquer» vers de nouveaux horizons, vers de nouvelles émotions», indique Pierre Raynaud, directeur des IFFM. Au menu de la programmation, des expositions de Saâd Tazi à Lhoussain Skhoun, en passant par les photographies de Ariane Delacampagne dédiées aux «Flamencos». Déjà, depuis le 17 janvier, l’artiste Tazi expose au complexe culturel ses travaux de photographie ayant pour thème «Mes petites histoires». Les sujets de fond que Tazi accommode sont des successions de photos d’endroits maintes fois visités par l’artiste et qui se déclinent parfois en «carnets de voyages». Selon Tazi, ce travail est une tentative d’intégrer la photographie à un support multiséculaire dans une approche originale. D’autre part, l’Institut de Meknès accueille aujourd’hui, vendredi, le philosophe et écrivain Christian Delacampagne autour d’une causerie sous le thème «Où est passé l’art?». La rencontre devrait attirer bon nombre de personnes qui viendront écouter l’auteur d’une trentaine de livres, pour la plupart des essais sur l’art ou sur la politique. «L’art n’est pas la culture; l’art est la création. Or la création est une pratique individualiste et, dans notre société de masse, les pratiques individualistes, surtout si elles ne sont pas conformes aux modèles dominants, ont du mal à survivre», indique Delacampagne dans l’une de ses oeuvres. De la comédie aussi, avec le metteur en scène français Jean Gabriel Carasso qui animera, le 26 janvier à la médiathèque de l’Institut français, une conférence intitulée: «Nos enfants ont-ils droit à l’art et à la culture?». Le conférencier, qui est également formateur, est en tournée dans les Instituts du Maroc pour présenter une sorte de «manifeste pour l’éducation artistique et culturelle». L’occasion lui a été donnée aussi pour appeler à une alliance entre les pédagogues et les hommes de culture pour l’utilisation de tout ce que les textes permettent de faire, pour agir sur le terrain. Au-delà des conférences porteuses de débats d’idées, l’Institut de Fès célèbrera l’écrivain Marguerite Duras, disparue le 3 mars 1996. A l’occasion du numéro qui lui est consacré par «Les Cahiers de l’Herne», l’Institut accueillera, le 24 et 25 février, les spécialistes de cette actrice majeure de l’écriture contemporaine.Au programme, il y a aussi des pièces théâtrales, de la musique et des films cinématographiques. «En collaboration avec la cinémathèque de l’ambassade de France à Rabat, nous poursuivrons notre cycle de découverte du documentaire et de fictions très engagées», souligne Raynaud.Pour ce qui est du spectacle, l’IFFM fera découvrir à ses fidèles la merveilleuse chanteuse qu’est Enzo Enzo, le quatuor Ardeo, le chorégraphe chinois Gang Peng dans sa rencontre avec la musique berbère et William Mesguich qui célèbrera Lorca et ses «Amours de Dom Perlimplin». Bref, il y a du bon pain sur la planche, pour des rendez-vous exigeants. De belles choses à vivre et qui feront découvrir autant d’univers singuliers.


Musique de chambre

Le quatuor Ardeo animera un concert de musique de chambre le 27 janvier au complexe culturel. Les musiciennes Carole Petitdemange (violon), Olivia Hughes (violon), Alice Lura (Alto) et Joelle Martinez (violoncelle), qui constituent le groupe Ardeo du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, ne cacheront pas leur talent au cours du concert de Fès.De notre correspondant,Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc