×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Fès: L’éclairage public confié à Radeef

Par L'Economiste | Edition N°:2359 Le 12/09/2006 | Partager

. Le secteur délégué pour 26 millions de DH par an. L’accord prévoit des pénalités qui peuvent atteindre 200 DH l’heure pour chaque panne non réparée Une convention de mise à niveau de l’éclairage public a été signée récemment entre la Régie autonome de distribution d’eau et d’électricité à Fès (Radeef) et le Conseil de la ville. Elle unira les deux parties durant trois ans à compter de sa signature, le 26 juillet dernier. “Première du genre, cette convention vise la gestion déléguée du service de l’éclairage public, les signalisations lumineuses tricolores et les fontaines des boulevards Hassan II et Allal Ben Abdellah”, indique Sanae Bouziane, ingénieur chef du service d’électricité de la commune. Et d’ajouter que le service comprend la prise en charge de la consommation des installations relevant du périmètre administratif de la commune urbaine de Fès et alimentées par la Régie. Ce partenariat a donc pour objectif l’amélioration des éclairements, la gestion, l’exploitation et la maintenance des installations dans les périmètres des communes urbaines de Fès et de Mechouar Fès-Jdid. Les retombées escomptées ne peuvent être que positives, que ce soit pour les habitants de Fès, usagers de la route et piétons. «La présente convention entend mettre les termes d’un éclairage sécurisant et agréable pour un meilleur confort de vie», explique Bouziane. A noter que le secteur a été cédé par la commune pour 26 millions de DH/an. La particularité de cet accord, c’est qu’il prévoit aussi des sanctions. Ainsi, si les pannes constatées sont supérieures à 10% du nombre des sources lumineuses, la commune appliquera des pénalités qui peuvent atteindre 200 DH l’heure pour chaque panne. A noter que le délai d’intervention est fixé à 1 heure. Pour ce qui est du délai de la remise en état, il varie entre 2 heures pour les lampes de signalisation tricolore et 48 pour les foyers lumineux isolés. La Radeef n’a pas donc intérêt à ce qu’un candélabre soit éteint. En sa qualité de signataire de l’accord, elle s’engage à assurer le fonctionnement de l’éclairage public dans la circonscription de la commune de Fès pour une durée moyenne de 4.200/h/an. De fait, tous les moyens ayant les qualités pour accomplir les tâches dans les délais prévus doivent être mis en place, en plus d’un numéro de téléphone réservé éventuellement aux réclamations des citoyens. En ce qui concerne l’entretien, la Régie est tenue de disposer du personnel qualifié suffisant. Ceci pour permettre, à tout moment, la maintenance et la réparation des installations. En cas d’interruption du service, même partielle, la Régie doit aviser la commune dans les délais les plus courts et au plus tard dans les 24 heures. Par ailleurs, Hassan Zaghdane, chef du département d’électricité à la Radeef, souligne que, du 31 juillet au 7 septembre, les agents ont entretenu plus de 2.200 foyers lumineux. «Nous avons déployé toutes nos équipes pour identifier les dysfonctionnements et les corriger. Les appels d’offres pour l’approvisionnement et l’acquisition du matériel à remplacer viennent d’être lancés. Notre ambition est d’être à la hauteur des attentes de la population», exprime Zaghdane. Selon lui, la Radeef est déterminée à développer son service. Et ce, en concertation avec les élus. D’ailleurs, pendant toute la durée de la convention, élus et responsables de la Régie décident de se rencontrer mensuellement afin d’examiner les conditions de son application et résoudre les problèmes éventuels y afférents. Enfin, la population des deux communes concernées par ladite convention est estimée en 2005 à 953.506 habitants. Le nombre de points lumineux d’éclairage public est de 45.000 unités en plus d’une cinquantaine de carrefours. De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc