×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Fès: Guerre froide entre autorités et élus

Par L'Economiste | Edition N°:1819 Le 26/07/2004 | Partager

. A son origine, l’arrestation de deux «agents de sécurité» engagés par la mairie. Ils assuraient la sécurité des terrasses des cafés du Bd Hassan IILe torchon brûle entre les autorités et le Conseil de la ville. A l’origine du conflit, plusieurs sujets objets de désaccords. Le dernier date de mercredi 21 juillet quand la police a arrêté deux gardiens. Ils étaient chargés d’assurer la sécurité au niveau des terrasses des cafés du boulevard Hassan II, et sont aujourd’hui accusés de faux usage de fonction publique.En effet, le boulevard Hassan II connaît depuis quelque temps une grande activité. Les gens s’y rendent chaque jour pour profiter des moments de fraîcheur sous les palmiers de ce lieu historique. Le nombre de visiteurs ne cesse d’augmenter. En majorité, ce sont des enfants. “Les espaces verts se comptent sur le bout des doigts à Fès… Mes enfants ne supportent plus la chaleur, je viens ici presque quotidiennement”, indique un père de famille.. Entre clients et maîtres-chiensFace à une forte affluence, les banquettes ne suffisent plus. Certaines personnes s’assoient par terre et parfois même sur la pelouse. “Au service de ceux que nous représentons, les citoyens, nous avons autorisé cinq cafés à déplacer une dizaine de leurs tables près des arbres”, note Hamid Chabat, maire de la ville. Et d’ajouter que l’objectif de cette opération était à la fois d’animer la place et mettre à la disposition de la population chaises et tables. On a même pensé à installer des points d’animation en cette saison estivale. L’idée a été vivement saluée par les citoyens et ce dès son lancement, lundi dernier. Mais, deux jours après, les cafetiers ont remarqué que les marchands ambulants, les mendiants et les vagabonds dérangent leurs clients. Leur première réaction a été de contacter la mairie. Celle-ci, luttant pour la réussite de son expérience, recrute deux agents de sécurité. Une heure plus tard, la police se présente et contrôle l’identité des deux agents qui portent un dossard vert et sont flanqués de deux chiens. Ne relevant d’aucune société de gardiennage connue, ceux-ci sont arrêtés. Avisé, le président du Conseil de la ville convoque une réunion d’urgence avec d’autres membres du conseil pour discuter de cet acte, considéré par certains élus, comme une entrave aux projets de la mairie. D’autres n’hésitent pas dire qu’il s’agit d’une guerre froide entre mairie et autorités”. Les élus ont tenu une réunion avec le responsable de la DGSN. Une commission bipartite a été constituée dans le but d’examiner les moyens à mettre en oeuvre pour résoudre les problèmes de l’insécurité dans certains quartiers. Chabat propose aussi l’ouverture d’un bureau, au niveau de chaque arrondissement, pour enregistrer les plaintes des citoyens et travailler en collaboration avec les services de sécurité. De notre correspondant,Youness SAAD ALAMI               

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc