×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Agadir: Les touristes nationaux en masse

Par L'Economiste | Edition N°:1819 Le 26/07/2004 | Partager

. En juin dernier, les arrivées ont augmenté de 18% Depuis quelques jours, les touristes nationaux affluent de plus en plus à Agadir. Ce n’est pas encore le pic, il sera sûrement atteint en août, mais la présence des visiteurs en ville est visible et surtout au bord de la mer, tout au long de la journée. Toutefois, une petite partie seulement de ce flux profite aux établissements hôteliers. Malgré l’opération Kounouz Biladi, cette catégorie d’hébergement reste trop chère pour les petites bourses qui optent plutôt pour le logement chez l’habitant ou la location d’appartement au centre. Sur ce plan, les prix flambent en été et il faut réserver longtemps à l’avance, surtout pour le mois d’août, la période la plus prisée. Cette formule s’avère cependant plus intéressante pour les familles nombreuses. Malgré cela, la clientèle nationale constitue le deuxième marché émetteur des hôtels, juste après celui français, de la station balnéaire. En juin dernier, selon les chiffres du ministère du Tourisme, communiqués à L’Economiste par le Conseil régional du tourisme, ils étaient plus de 10.400 Marocains à séjourner dans la ville, soit une augmentation de 18% comparativement à la même période de l’an dernier. Les nuitées, elles, ont atteint 30.499, soit une hausse de 6% par rapport au même mois de 2003. Comparativement à cette période, la durée de séjour moyen, estimée à trois jours par client, est restée toutefois la même en juin. Ce flux en évolution sera sûrement plus important dans l’avenir. Il faudra attendre l’aménagement de l’autoroute Agadir-Marrakech pour pouvoir rivaliser sur ce plan avec la ville ocre, qui en raison de sa proximité, est prise d’assaut le week-end. Pour le moment, l’éloignement d’Agadir et la cherté des tarifs du transport aérien freinent l’évolution des arrivées des nationaux et ne permettent pas à la ville de miser réellement sur la formule court séjour. De notre correspondante,Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc