×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie Internationale

    Etats-Unis: Les performances de l'emploi

    Par L'Economiste | Edition N°:253 Le 07/11/1996 | Partager


    La conjoncture écono-mique favorable a permis, entre autres, au président Bill Clinton de remporter un second mandat. Les Départements du Commerce et du Travail ont indiqué la semaine dernière que le PIB n'avait pas cessé de progresser au troisième trimestre, soit +2,2% par rapport au deuxième. Le taux de chômage, lui, était resté inchangé en octobre, soit 5,2% de la population active au lieu de 7,4% il y a 4 ans. Après l'arrivée de Bill Clinton à la Maison Blanche, le nombre de chômeurs aux Etats-Unis est passé de 9 millions à 6,8 millions. Quelque 10,5 millions de postes de travail ont vu le jour depuis 1993, notamment au niveau du secteur privé, des petites sociétés et des activités de service. L'augmentation de l'emploi serait-elle due à de «petits boulots» précaires et mal payés qui ont remplacé les emplois stables?, s'interroge Le Monde. Selon les économistes de la Maison Blanche, plus des deux tiers des postes de travail créés correspondent à des emplois qualifiés offrant des rémunérations supérieures à la moyenne.
    Le travail temporaire, lui, constitue 2% de la population active. Il ne concerne pas seulement les métiers à faible qualification. Il affecte également les techniciens et les managers. La moyenne de l'instabilité des emplois reste la même qu'autrefois, est-il précisé. M. Lawrence Mishel, de l'Economic Policy Institute, affirme que cette instabilité est plus importante chez les salariés à faible qualification. Ces derniers sont les plus affectés par la dégradation des rémunérations. Il est à noter que les salaires des métiers les plus bas dans l'échelle ont régressé de 30% entre 1972 et 1996. A la différence de l'Europe, les Etats-Unis affectent l'essentiel de leurs gains de productivité à la création d'emplois au lieu de l'amélioration des salaires.
    Face au recul enregistré par les salaires des métiers à faible qualification, ceux des Américains les plus qualifiés ont progressé. Résultat: les inégalités de revenus se sont accrues. S'ajoute à cela l'accroissement des inégalités au sein d'une même profession.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc