×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Emploi et Carrière
Enquête/emploi
Les jeunes diplômés, plus entrepreneurs

Par L'Economiste | Edition N°:3371 Le 28/09/2010 | Partager

. Ils sont également mobiles, selon Amaljob . Désaffection dans le secteur de la santé et l’hôtellerieLES jeunes diplômés ciblent les grandes entreprises pour leur recherche d’emploi. Ils sont mobiles sur tout le Maroc et à l’étranger, recherchent un salaire plus confortable et veulent se lancer plus volontiers dans l’entrepreneuriat. Ce sont les grandes tendances qui ressortent de l’enquête auprès des étudiants et jeunes diplômés, réalisée par le site de recrutement Amaljob. La recherche d’emploi est courte puisque 44% des jeunes diplômés interrogés ont mis moins de deux mois après leur sortie de l’école pour trouver du travail et 32% mettent entre 2 et 6 mois. Ils se disent d’ailleurs optimistes quant à la situation du marché de l’emploi. Les secteurs d’activité qui ont la cote sont l’informatique, Télécoms, la banque-assurance et le transport-logistique. Par contre, il ressort une désaffection dans le secteur de la santé et de l’hôtellerie. Sans surprise, 71% des interrogés souhaitent travailler dans des grandes entreprises de plus de 200 salariés et 58% préfèreraient intégrer des groupes internationaux, ce qui s’explique par leur meilleure structure en services et une meilleure valorisation des compétences acquises. Outre le fait de rechercher un salaire plus confortable. En effet, près de la moitié des interrogés ne travailleront pas à moins de 8.000 dirhams : 27% des sondés ont des prétentions salariales comprises entre 8.000 et 10.000 dirhams et 24% entre 10.000 et 12.000 dirhams. Cette recherche d’une bonne situation sociale explique aussi une volonté de créer sa propre entreprise plutôt que le salariat. La proportion de ceux qui veulent créer leur entreprise est importante avec un taux de 72%. Enfin, les jeunes diplômés sont de plus en plus mobiles : 69% des sondés se déclarent mobiles sur tout le Maroc et 36% sont ouverts à des propositions de postes à l’étranger. Pour ce qui est du canal de recherche d’emploi, Internet est aujourd’hui le principal moyen de recherche par les jeunes étudiants et diplômés que ce soit les sites des entreprises que les portails de recrutement, suivi des forums et salons professionnels puis des stages de fin d’études.


Fiche technique

LE sondage a été réalisé auprès de 1.284 «pré-actifs», étudiants et jeunes diplômés, âgés de 20 à 28 ans. Les questionnaires ont été administrés lors des carrefours de l’emploi des grandes écoles d’ingénieurs et de commerce, des formations BTS et des facultés. 52% de la population interrogée bénéficie d’un niveau de formation bac+5 et plus. L’objectif de l’exercice est d’évaluer la perception du marché du travail marocain de ces jeunes sortants de l’enseignement supérieur, leurs besoins, leurs attentes ainsi que les conditions de leur insertion professionnelle. J. K.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc