×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Emploi & Carrière
La fonction RH doit se projeter au cœur de l’opérationnel

Par L'Economiste | Edition N°:2232 Le 13/03/2006 | Partager

. Le partage de la fonction RH se limite aux grandes entreprises . La collaboration avec les partenaires sociaux est primordialeDans un contexte de globalisation, la dimension humaine dans l’entreprise devient un avantage compétitif. Ce qui place plus que jamais la fonction RH au centre du débat sur les moyens d’améliorer le rendement global d’une entreprise. Comment s’est-elle adaptée à un contexte de compétition accrue? Et quel rôle doit-elle jouer au sein de l’entreprise d’aujourd’hui?(1)L’efficacité d’une gestion RH dépend, entre autres, de la qualité des postulants à l’emploi. Le président de l’université Al Akhawayn et du Comité scientifique chargé d’élaborer le rapport sur le développement humain, Rachid Benmokhtar, lui-même ancien ministre de l’Education nationale, a lancé une violente charge contre le système éducatif: «L’éducation au Maroc est un échec. Le profil formé aujourd’hui ne correspond pas aux besoins des entreprises», a-t-il martelé. Le rapport qui a été très critique vis-à-vis de l’enseignement primaire a déploré le manque de sensibilisation des élèves à l’entreprenariat. Ce franc-parler a déclenché une vague d’applaudissements dans la salle et a fait réagir le directeur général adjoint de Lydec, Abdelhaq Aquellal. «Cette liberté de ton, c’est le nouveau Maroc». Benmokhtar a aussi tiré à boulets rouges sur les entreprises qui, selon lui, sont pour la plupart mal structurées et ne s’investissent pas suffisamment dans la recherche-développement.Titillant plus les politiques, l’universitaire Driss Benali a expliqué l’incurie du système éducatif par la présence d’une grande fracture sociale qui a généré un enseignement à deux vitesses: «Les écoles et les universités privées pour l’élite et l’enseignement public pour la masse». Les gestionnaires des ressources humaines se trouvent de ce fait obligés de mettre en place des formations supplémentaires pour les nouvelles recrues. A cette contrainte, viennent se greffer d’autres qui découlent de la mutation de la fonction RH. L’enjeu primordial de la gestion des ressources humaines dans les années à venir c’est de se projeter au cœur du business. «Aujourd’hui, le management exige d’un directeur des ressources humaines d’être proche du terrain et d’accompagner les enjeux stratégiques de l’entreprise», souligne Jean-Marie Peretti, président de l’Institut international d’audit social. Ce que confirme le directeur des ressources humaines de Toyota du Maroc, Zakaria Rbii: «Le DRH doit s’intéresser à toutes les fonctions opérationnelles de l’entreprise». Ceci suppose une collaboration entre les opérationnels et les responsables des ressources humaines, chose qui n’est pas encore ancrée dans la culture d’entreprise au Maroc. Chaque département cherche à garder son territoire. Cette synergie est une nécessité. «Le DRH a besoin de remontées d’informations de la part des responsables opérationnels pour adapter sa stratégie aux besoins de l’entreprise», explique Khalid Benghanem, DRH d’Altadis Maroc. Pour l’instant, le partage est rarement concrétisé et les deux parties se renvoient les responsabilités de ce dialogue de sourds. Les opérationnels restent allergiques aux incursions des responsables RH dans leur domaine d’intervention et ces derniers craignent la dilution de leurs prérogatives. Le partage d’information doit se faire aussi avec les partenaires sociaux au niveau des comités d’entreprise prévus par le code du travail.


Le DRH: interface?

Le DRH est-il capable d’assurer le rôle d’interface entre intérêt patronal et préoccupations salariales? Ceci n’est pas évident de l’avis d’Omar Benaini, directeur de LMS. «Le DRH est au carrefour d’attentes contradictoires, une sorte de schizophrénie qu’il n’assume pas toujours avec aisance». L’externalisation d’une partie des attributions d’un gestionnaire de personnel est un moyen de le soulager des forces centrifuges contradictoires qui le tiraillent. C’est aussi lui permettre de se délester des «fonctions industrialisées et mutualisées» pour se consacrer à des chantiers plus innovants. Morad EL KHEZZARI-------------------------------------------------------------------------------(1) Colloque annuel de l’Agef «fonction RH: impératifs de performance et partage de responsabilités». Le DRH: interface?

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc