×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Emploi & Carrière
Groupe Banques Populaires
Comment rester «in the market»?

Par L'Economiste | Edition N°:2256 Le 17/04/2006 | Partager

. Les études de veille permettent de cadencer le lancement de nouveaux produits. L’IE est-elle efficace pour lutter contre la criminalité financière? L’intelligence économique est une fonction transversale et stratégique au sein du Groupe Banques Populaires. Un comité animé et présidé par le PDG Noureddine Omary, affine la stratégie de développement et décide des réglages à opérer ainsi que des réflexions stratégiques à lancer à l’aune des analyses des événements majeurs qui interviennent sur la scène économique en général et bancaire en particulier (opération capitalistique et bancaires, alliances commerciales, évolutions technologiques…). tant au niveau national qu’international. Moteur!. L’Economiste: Est-ce que le Groupe Banques Populaires s’appuie sur un centre de veille économique et comment fonctionne-t-il? - Rachid Agoumi & Laïdi El Wardi: La veille économique et financière est une réalité au sein du Groupe Banques Populaires et ce, depuis quelques années déjà. La fonction est transversale à l’ensemble des structures, en ce sens que l’information remontant du réseau peut également alimenter notre réflexion pour améliorer les activités du groupe -process, organisation, qualité des produits et services- en communiquant au niveau central les demandes spécifiques de la clientèle ou les risques opérationnels identifiés. Rattachée au pôle Développement,  la cellule travaille pour le compte d’un comité stratégique animé mensuellement par Noureddine Omary, le PDG. Ce comité décide des actions à court, moyen et même long termes à déployer sur la base d’un reporting traitant de l’impact sur le groupe des différentes opérations capitalistiques et bancaires, des alliances commerciales et des évolutions technologiques, qui interviennent au sein de l’environnement économique et financier national et international (fusions et acquisitions, prises de participations, partenariats commerciaux, croissance externe, …). Au plan local, nous nous appuyons sur les informations relayées par la presse et  des données disponibles sur les fils spécialisés de données. A l’international, ces relevés nous parviennent essentiellement à travers nos correspondants étrangers, la presse et les sites Internet spécialisés. Nous participons également à des séminaires spécialisés qui traitent par exemple de la banque de demain ou encore de l’apport des nouvelles technologies pour prévoir les évolutions possibles de notre métier.   . Quelle place occupe cette fonction et quelle est sa valeur ajoutée?  - Le comité stratégique constitue un véritable centre de prospective et de projection sur le moyen et long termes, en prenant compte de toutes les données économiques, sociales, concurrentielles et capitalistiques issues de notre intelligence économique. Nous restons attentifs aux changements intervenus ici ou là pour apporter les réglages nécessaires à nos activités en s’inspirant des best practices observées de par le monde. Un suivi régulier de l’évolution de nos métiers et une réactivité soutenue aux évolutions adverses affinent davantage nos interventions et permettent au Groupe Banques Populaires d’être continuellement «in the market» (dans le marché). Les études de veille économique nous permettent parfois de cadencer le lancement de certains nouveaux produits et services ou encore d’améliorer les processus de fonctionnement de certaines activités. . Au-delà de l’information, l’intelligence économique permet-elle de se prémunir contre la criminalité financière? - Il est sûr qu’elle permet d’améliorer les insuffisances des process et systèmes bancaires et de les enrichir en s’inspirant des meilleures pratiques pour en renforcer la sécurité et la fiabilité. L’exemple de la monétique est intéressant dans ce sens. Toutes les anomalies et les fraudes détectées par nos partenaires Visa ou MasterCard au niveau national ou international nous permettent d’opérer des actions préventives au niveau de nos systèmes d’information afin d’anticiper ces risques. Nous animons par ailleurs mensuellement un comité traitant de l’ensemble des risques, notamment les risques opérationnels issus de notre propre cartographie. Ce comité peut être alimenté également par les risques identifiés en tant que tels, issus de notre veille aux niveaux national et international. Tout ce dispositif contribue à mieux protéger la banque et ses clients de ce que vous avez appelé la criminalité financière.Propos recueillis par Rachid HALLAOUY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc