×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Dossiers

    Emploi & Carrière
    Bourse: Une pléiade de métiers à prendre

    Par L'Economiste | Edition N°:2819 Le 14/07/2008 | Partager

    Des dizaines d’entreprises cotées en Bourse. La place casablancaise connaît une véritable expansion ces dernières années. Après la débâcle de la fin des années 90 et début 2000, le marché baigne de nouveau dans une petite euphorie. Les métiers liés à la Bourse reprennent du poil de la bête. La plupart d’entre eux font rêver des jeunes. Revue d’effectif. . Trader: Le loup de la placeLes traders traitent les valeurs négociés par une société de Bourse. Ils exercent dans la salle de marché (front office). Spéculateurs financiers redoutables et analystes économiques, ils n’ont qu’une seule mission: anticiper les fluctuations permanentes des cours des valeurs pour agir dans le bon sens. Qualifié de métier à haut risque, le traiding demande une réactivité permanente, vu que les décisions sont prises en temps réels de l’achat ou de la vente d’actions, d’obligations ou autres titres financiers. Le trader intervient pour le compte de la société pour laquelle il travaille (société de Bourse), ou pour le compte de clients qui peuvent être des entreprises, des particuliers ou des investisseurs institutionnels. Les traders sont les plus surveillés par les instances de régulation, ils sont à l’origine de plusieurs scandales boursiers dans les différentes places financières. L’affaire de Jérôme Kerviel, le trader vedette de la Société Générale est la dernière en date.Pour devenir trader, il faut être diplômé d’une école de commerce ou de gestion, ou titulaire d’un diplôme de 3e cycle universitaire en finances, gestion, droit ou économie. Quel que soit le profil, pour exercer dans une salle de marché, il faut des connaissances solides en mathématiques ainsi qu’une expérience dans le secteur bancaire ou boursier. . Conseiller clientèle: Pour personnaliser le serviceLe conseiller en investissement assure le suivi personnalisé d’une clientèle de particuliers sur la gestion de leur portefeuille (proposition de produits adaptés au profile du portefeuille, information sur la réglementation, déclarations fiscales...). Premier intermédiaire entre les clients et leur banque, il transmet les ordres de sa clientèle aux marchés et aux sociétés de gestion. Contrairement à la gestion sous mandat, la décision finale revient au client. Il est aussi appelé «sales», puisqu’il intervient aussi dans la salle de marché. Il est en charge du placement des produits financiers offerts par la place et du développement de son portefeuille clients. Il met en place une stratégie de vente avec le trader, puis conseille son client sur les opportunités du marché. Le poste est encadré et réglementé par des normes légales et déontologiques. Pour devenir conseiller clientèle dans une société de Bourse, il faut avoir une formation supérieure commerciale avec de bonnes bases financières, fiscales et juridiques. Tout ceci complété par des formations professionnelles. . Salesman: Chercheur de «zinzins»Le salesman a pour mission principale le démarchage d’une clientèle d’investisseurs (les «zinzins» gérants) et leur apporte des conseils sur leurs stratégies d’investissement. Pour cela, il construit son argumentaire en recherchant des opportunités sur le marché. Cette recherche se base sur la collecte d’un ensemble d’informations obtenues auprès de différents interlocuteurs spécialisés (analystes, conseillers...) ou de documents financiers. Il organise également des rencontres entre les émetteurs et les investisseurs potentiels. Certains vendeurs peuvent être spécialisés sur certains produits particuliers. Son environnement est très contrôlé et très réglementé, il est tenu d’être très vigilant sur le respect des règles de la place. Pour être un vendeur institutionnel, il faut être titulaire d’un diplôme d’enseignement supérieur (bac+2 à bac+5), spécialité commere et finance, ainsi qu’une expérience dans la banque ou le marché. . Gérant de portefeuille Il assure la gestion des portefeuilles de clients (avec mandat) dans le cadre de la politique générale de la société de Bourse et dans le respect des règlements en vigueur. Il achète et vend des valeurs mobilières, des obligations et tous autres produits, selon les orientations précisées par le client dans le mandat de gestion et en cohérence avec les stratégies de la société de Bourse. Il mesure le risque et la performance des décisions en fonction d’un indice «Banch mark» de référence (objectif à dépasser ou à réaliser). Ce métier demande une formation supérieure commerciale (bac+5), avec des connaissances solides en finances, fiscalité et droit des affaires. . Négociateur: L’exécutantLe négociateur est chargé d’exécuter les ordres que lui transmet la salle de marché de la société de Bourse pour le compte d’un de ses clients. Il se charge de l’exécution des ordres «soignants» et «discrétionnaire». Ce qui veut dire des ordres qui permettent à un particulier de laisser à un opérateur le choix du meilleur moment pour l’exécution d’une opération. Le négociateur a une échelle de temps limitée (à la journée ou à la séance). Il est obligé d’agir le plus vite possible pour faire profiter son client des meilleures conditions. Il est au service de la salle de marché, il reçoit des ordres d’achat ou de vente et les exécute dans le respect de la réglementation en vigueur. L’horizon du négociateur est limité à une séance de Bourse et les facteurs à long terme n’ont que peu d’influence sur son jugement.Pour devenir négociateur, il faut une excellente gestion de stress, une capacité d’organisation et de vigilance très développée, car la moindre erreur de sa part pourrait avoir des conséquences très graves sur le marché. Il faut aussi être titulaire d’un diplôme supérieur en finances, droit ou en économie. . Responsable back-office: Le gardien des formalitésLe responsable du back-office s’occupe dans une société de Bourse des traitements administratifs (confirmation, règlement, livraison) des opérations conclues sur le marché. Il assure la saisie et la conservation des valeurs mobilières effectuées par les opérateurs du front-office. Sa mission est surtout de s’assurer de la saisie, du contrôle et de l’enregistrement des différentes négociations des valeurs mobilières opérées par la salle de marché. Autrement dit, c’est lui qui se charge d’intégrer ces opérations dans les cahiers comptables. Le responsable back-office doit avoir la connaissance de tous les produits traités, des métiers et de la gestion de la salle de marché. Il possède aussi de bonnes connaissances en comptabilité des titres et de la réglementation en vigueur. Ce métier nécessite un diplôme d’une école supérieure de commerce ou d’ingénieurs, ainsi qu’une expérience dans le secteur bancaire ou boursier. . Opérateur middle-office: L’intermédiaire L’opérateur middle-office est chargé, quant à lui, de faire la jonction entre le front et le back-office. Il saisit sur une base de données toutes les transactions effectuées par les traders et les sales. Il chiffre quotidiennement leurs gains et leurs pertes. Enfin, il met en place une méthode d’analyse des risques et définit les procédures par ligne de produit. En plus d’un diplôme bac+2 ou bac+4, le métier d’opérateur middle- office nécessite aussi une expérience préalable en back-office, ainsi que dans le secteur banquier ou boursier. . Analyste financier: Le cerveau de la BourseUn spécialiste chargé d’étudier les sociétés cotées en Bourse. Il procède à l’évaluation des instruments financiers (actions, obligations...) émis par les entreprises et élabore une politique de placement. Par ses analyses, il anticipe l’évolution des marchés boursiers, des taux d’intérêt dans le pays en tenant compte de plusieurs facteurs économiques tels que la croissance, l’inflation ou la politique monétaire. Il est l’un des piliers de l’investissement boursier et de la Bourse en général. Concrètement, il aide les investisseurs à mieux choisir les valeurs qui correspondent à leurs objectifs. Pour arriver à cette fin, il se base sur de nombreuses sources d’informations (rapports annuels, presse, réunions...) pour en ressortir une opinion d’investissement. L’analyste financier a une formation de 3e cycle universitaire en finances ou dans une école de commerce. De plus, il tend à être certifié par des organismes tels la SFAF (Société française des analystes financiers) ou encore le CFA (Certificat d’analyse financière).A. E.Y.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc