×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Dossiers

    Emploi & Carrière
    Le chômage des jeunes repart au Royaume-Uni

    Par L'Economiste | Edition N°:2819 Le 14/07/2008 | Partager

    . Le taux d’activité des 16-24 ans baisse de 4 points à 55,9%LES jeunes défavorisés au Royaume-Uni redécouvrent le chômage après deux décennies de quasi-plein emploi. Ils doivent être mieux formés et bénéficier d’une aide plus efficace à la recherche d’emploi, recommandent les experts de l’OCDE dans une étude consacrée à l’économie britannique. Les jeunes britanniques qui quittent le système scolaire sans qualification rencontrent de grandes difficultés à trouver un emploi et les pouvoirs publics doivent prendre des mesures énergiques afin de leur apporter une aide à l’éducation, à la formation et à la recherche d’emploi.Rompant avec la tendance de la fin des années 90 et du début des années 2000 caractérisée par une diminution du taux de chômage des 16-24 ans, les perspectives d’emploi de cette tranche d’âge se sont dégradées ces dernières années, à une époque où le taux moyen de chômage des jeunes était pourtant en baisse dans la zone de l’OCDE. En 2007, le taux de chômage des 16-24 ans atteignait 14,4 % au Royaume-Uni, contre 11 % en 2002, d’après les chiffres contenus dans le rapport de l’OCDE intitulé Jobs for Youth: United Kingdom. Entraînés par les mauvaises perspectives d’emploi auxquelles font face les adolescents, les taux d’emploi chez les 16-24 ans sont passés de 60,9% en 2002 à 55,9% en 2007.Les performances sur le marché du travail des jeunes peu qualifiés sont inférieures à la moyenne des pays de l’OCDE. Les jeunes hautement qualifiés obtiennent, au Royaume-Uni, de meilleurs résultats sur le marché du travail que leurs homologues de nombreux autres pays de l’OCDE. Toutefois, les 16-24 ans qui sont faiblement qualifiés obtiennent des résultats inférieurs à la moyenne de l’Organisation, ainsi que l’affirme le rapport de l’OCDE. En 2005, le rapport des taux de chômage des jeunes peu qualifiés à ceux des jeunes hautement qualifiés était de cinq pour un, ce qui plaçait le Royaume-Uni au deuxième rang des pays de l’OCDE.Le manque de qualifications constitue un frein lorsqu’il s’agit de s’installer durablement sur le marché du travail. En 2005, un an après avoir quitté l’école, les jeunes sans qualification de l’enseignement secondaire du deuxième cycle – A-level ou cinq GCSE de bon niveau, ou un diplôme équivalent de l’enseignement professionnel – étaient seulement 45% à occuper un emploi, contre 67% pour leurs homologues plus qualifiés. Cette même année, 20% des jeunes sans qualification de l’enseignement secondaire du deuxième cycle n’étaient ni en emploi ni en formation, soit plus de deux fois la proportion que l’on retrouve chez leurs homologues plus qualifiés.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc