×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    El Koréa va-t-il disparaître?

    Par L'Economiste | Edition N°:3434 Le 29/12/2010 | Partager

    . Les commerçants entre expulsion et expropriation . Le dossier inscrit à la session de février 2011 du conseil de la ville? L’AFFAIRE du marché de gros du bois d’El Koréa refait surface. Plus de 400 commerçants sont menacés d’expulsion. Ainsi, planent sur les 5.000 personnes qui en vivent les affres du chômage et de la précarité. Les membres de l’association des commerçants et artisans du souk de bois de Casablanca ont profité de la tenue, vendredi dernier, de la session extraordinaire du conseil de la ville pour demander que leur problème soit inscrit à l’ordre du jour de la session ordinaire de février 2011.Pour rappel, le terrain occupé par le souk d’El Koréa, particulièrement le compartiment bois, est au centre d’un conflit entre les commerçants, les propriétaires et la commune. Les commerçants ne cessent de répéter qu’ils ont été surpris par les jugements d’expulsion rendus à leur encontre.La polémique autour du marché de bois fait rage depuis que des rumeurs ont fait état de l’imminence de la publication d’un nouveau plan d’aménagement du Grand Casablanca. Ce plan augmentera inéluctablement la valeur des terrains sur lesquels est installé le marché. Et par conséquent, les appétits des promoteurs immobiliers seront aiguisés. Le conseil d’arrondissement d’El Fida-Derb Sultan a bien tenté de donner de l’élan au dossier, notamment en appuyant la cause des commerçants. Ces derniers affirment ne pas être contre le déménagement, mais veulent demeurer dans le périmètre urbain. «Nous réclamons le déménagement du souk de bois au sein du périmètre urbain et non en périphérie», explique Mansour Abderahmane, secrétaire générale de l’association des commerçants et artisans du souk de bois de Casablanca. Les commerçants ont conscience de leur inéluctable déménagement, mais ils redoutent que l’éloignement ne leur fasse perdre de la clientèle et de ce fait, voir leurs commerces dépérir. A l’origine, le marché de bois était mitoyen du Palais royal dans le quartier des Habous. En 1981, il a été déménagé vers le site actuel. Les commerçants ont alors construit leurs magasins sur deux portions de terrain dont la propriété revenait à 4 particuliers. Ils ont pris à leur charge le raccordement aux réseaux électrique et d’eau potable. De même qu’ils ont commencé à verser un loyer mensuel à la commune en contrepartie de l’utilisation des terrains. A ce jour, les commerçants disposent de fonds de commerce enregistrés auprès des tribunaux compétents et s’acquittent régulièrement de leurs impôts. Certains ont même contracté des prêts bancaires gagés sur ces fonds de commerce. Pourtant, aux yeux de la loi, leur situation est considérée comme «illégale».Pour leur déménagement, les commerçants et artisans ont reçu des promesses de régularisation de leur situation. Mais cela ne pouvait intervenir qu’après l’entrée en vigueur de la procédure d’expropriation des terrains au profit de la commune. Procédure à laquelle a participé la commune d’El Fida, en vertu de la décision de la Commission régionale d’aménagement du 9 janvier 1984. La décision rendue a fixé l’acquisition du terrain au prix de vente minium de 150 DH le mètre carré. En 1996, un revirement de situation s’est produit, l’Etat (la commune) décide de ne plus encaisser les loyers. Résultat: la procédure d’expropriation est arrêtée par décision communale. Encore un autre mystère de cette époque de l’histoire communale. Ensuite, plusieurs changements de propriétaire se sont produits. Des parcelles ont été acquises à 40 DH le m2 au lieu des 150 prévus, par un nouvel intervenant qui allait introduire après la procédure d’expulsion des artisans.Ilham BOUMNADE & J.E.H.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc