×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Doukkala-Abda: Les investissements industriels plus nombreux

Par L'Economiste | Edition N°:2200 Le 25/01/2006 | Partager

. Le CRI a enregistré la création de 1.194 entreprises en 2005 . De nouvelles coopératives dans l’artisanat, l’agriculture, la pêche et l’habitat Le Centre régional d’investissement (CRI) Doukkala-Abda a enregistré la création de 1.194 entreprises au titre de l’année 2005. Selon un communiqué du centre, c’est le secteur des services divers qui occupe la première place avec 58% des entreprises créées. Suivi du secteur du commerce avec 33%. L’artisanat prend la 3e place avec 7%. Par forme juridique, les entreprises personnes physiques constituent de loin la forme la plus sollicitée. Elles représentent 84% des entreprises créées. Les sociétés à responsabilité limitée et les sociétés en nom collectif sont respectivement de 13 et 2%. Par montant d’investissement, les services divers et le commerce tiennent la 1re place, loin les autres secteurs d’activité, avec respectivement 53 et 51 millions de DH. Les entreprises nouvellement créées vont nécessiter un montant total d’investissement de 122 millions de DH.De son côté, le guichet d’aide à la création d’entreprises a accordé, durant la même période, 969 certificats négatifs. L’intention de création des sociétés à responsabilité limitée représente 29%. Et celle des commerçants personnes physiques est de 51%. L’analyse par activité reflète la prédominance des secteurs des services et du commerce. Le secteur du bâtiment et travaux publics quant à lui révèle 15% des intentions de créations, est-il signalé. De par sa mission, le CRI Doukkala-Abda a également traité 9 demandes de création de nouvelles coopératives avec les administrations concernées. Les secteurs ciblés sont l’artisanat, l’agriculture, la pêche et l’habitat. De manière générale, il a été constaté que la quasi-totalité des entrepreneurs optent pour des entreprises individuelles. L’initiative de créer des entreprises personnes morales reste modérée. D’autres applications sont envisagées par le centre pour renforcer les mesures incitatives aptes à stimuler l’initiative de créer et pour améliorer l’environnement de l’entreprise. D’autre part, la lourdeur des procédures de création des coopératives limite le recours à ce genre d’entreprises. «La simplification de ces procédures par la délégation de pouvoir de création au niveau régional permettrait de drainer des porteurs de projets vers le formel», souligne une source proche du dossier. Et il serait opportun d’intégrer les coopératives dans les systèmes d’encouragement et d’appui aux entreprises. Pour sa part, le guichet d’aide aux investisseurs a géré 88 projets dans la région durant l’année 2005. Le cumul des montants communiqués par les investisseurs se monte à 2,85 milliards de DH. La concrétisation des différents projets permettrait la création de 1.762 emplois permanents. La répartition de ces projets par secteur d’activité montre la prédominance des secteurs de l’industrie, du tourisme et de l’habitat. En effet, le montant des investissements dans le secteur de l’industrie s’élève à 1,7 milliard de DH, soit près de 60% du montant global enregistré au niveau de la région au terme de l’année écoulée. Le secteur d’habitat avec une enveloppe globale de 270 millions de DH des investissements projetés dans la région vient en deuxième position. Le sursaut de ce secteur est la conséquence de la dynamique de développement que connaît la région conjuguée aux mesures incitatives mises en place pour l’encouragement de l’investissement social. Les dérogations accordées par la commission régionale ont eu aussi un impact décisif sur ce secteur. Enfin, en troisième rang, se positionne le secteur du tourisme avec un montant qui s’élève à plus de 246 millions de DH.


Difficultés

Le CRI subit encore la pesanteur de plusieurs dysfonctionnements liés à des aspects structurels. Et qui se caractérisent notamment par l’insuffisance des délégations de pouvoirs données aux walis en matière de gestion foncière (terres collectives, habous et domaniales). Les prérogatives de la commission régionale d’investissement dans le projet de décret ont été restreintes au seul volet foncier. Ce qui induit la coexistence des commissions en relation avec l’acte d’investir (commission des dérogations, etc.). Par conséquent, le CRI ne peut assurer sa mission de guichet unique. Autre point, la représentation des administrations ne suit pas le découpage régional. Difficulté aussi de disposer d’informations relatives au patrimoine foncier, à des études sectorielles et économiques et aux données statistiques. De notre correspondant,Mohamed RAMDANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc