×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Deux médecins développent l'informatique médicale

    Par L'Economiste | Edition N°:51 Le 29/10/1992 | Partager

    Une société informatique nouvellement créée se spécialise dans la commercialisation des logiciels médicaux. Des programmes de types divers sont proposés. Il s'agira d'équiper des cabinets médicaux.

    La première société marocaine d'informatique médicale existe depuis juillet dernier. Elle devra s'occuper de vendre uniquement les logiciels de santé. L'initiative est le fait de deux médecins, fondateurs de l'entreprise . Médincom (c'est le nom de la société) propose à plusieurs professions "des produits adaptés", déclare l'un des deux dirigeants. Les produits "classiques" concernent les cabinets médicaux, les cabinets dentaires, les pharmacies, les laboratoires, les cliniques, les hôpitaux... La société informatique, à côté des logiciels importés, commercialise des produits spécifiques. Les CD-Rom interactifs, avec leur 600 méga de mémoire, contiennent des informations sur des domaines d'activité précis: les sujets sont divers. "Ils concernent l'aide au diagnostic, la formation des délégués médicaux, une photothèque médicale de 15.000 photos...", précisent les dirigeants de Médincom. D'un autre côté, la société a mis au point deux logiciels. "Le Spécialiste", développé sous Clipper, est opérationnel sous Windows. "Les utilisateurs peuvent obtenir un programme personnalisé", déclarent les directeurs de Médincom. "Nous développons des applications spécifiques en fonction des besoins des médecins". L'autre logiciel s'appelle Accisanté. Il concerne la médecine générale. Il sera commercialisé aux environs de 10.000DH.

    Si aujourd'hui, il paraît difficile d'évaluer le risque pris par de telles sociétés spécialisées ayant des cibles définies, il est néanmoins possible de faire deux observations.

    La première observation est que le marché de l'informatique médicale existe bel et bien. A Médincom, on estime à moins de 10% le pourcentage de médecins équipés en ordinateurs. En proposant des programmes, il sera donc également possible de vendre des machines. Dans un premier temps cela se fera par l'intermédiaire d'autres sociétés informatiques. La deuxième observation se rapporte à l'utilité d'allier connaissance médicale et connaissance informatique. Il semblerait que le besoin soit réel. Les "entreprises" (cliniques, cabinets, hôpitaux), médicales, lorsqu'elles s'équipent, le font auprès de sociétés informatiques (les revendeurs) qui conseillent elles-mêmes les médecins dans la mesure de leurs connaissances. En se basant sur ces constatations, les dirigeants de Médincom n'ont donc pas hésité à investir plus de 700.000DH pour attaquer le marché. Outre les dépenses en locaux modernes, ordinateurs et mobilier divers, la première phase consiste à réaliser un travail de contacts, mailings et relances commerciales... En France, leur partenaire-fournisseur est Médincom (et non pas Médincom), une importante société d'informatique française, qui commercialise notamment Accilog.

    Médincom est, à côté de ses logiciels informatiques pour médecins, en train de préparer le lancement d'un produit nouveau. Le V.M.T ou le Vade-Mecum Thérapeutique est un petit ordinateur-bibliothèque qui contient un dictionnaire pharmacologique, qui "permet d'analyser une ordonnance en trois secondes", mentionne le prospectus publicitaire. Quoi qu'il en soit, avec 140 grammes et ses neuf minuscules petites touches sur le clavier, l'appareil allie les techniques de deux multinationales. Sharp a fabriqué la puce (étant entendu qu'il s'agit de la puce de silicium) et le géant américain Motorola a mis au point le "système de recherche" qui permet une rapidité de moins de 10 secondes pour l'obtention de l'information.

    Le VMT sera commercialisé au Maroc à un prix de lancement que les dirigeants de Médincom estiment aux alentours de 3.500DH.

    Hounaïne HAMIANI




    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc