×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Des experts au chevet des paysages urbains

Par L'Economiste | Edition N°:3432 Le 27/12/2010 | Partager

. La fédération des agences urbaines tient aujourd’hui sa 5e réunion annuelle . Au menu: Sauvegarde, développement durable... QUEL bilan pour ces 25 dernières années du paysage urbain? Pour le commun des mortels, nos villes, à quelques rares exceptions, offrent un paysage urbain pour le moins inesthétique: des constructions défigurées aussitôt achevées, des couleurs hétérogènes, des espaces urbains dégradés… Comment en est-on arrivé à cette situation? Au lendemain de l’indépendance, surtout au cours de ces 25 dernières années, le Maroc a connu un développement urbain accéléré. Mais l’approche quantitative a généré bon nombre de carences: dégradation des infrastructures, mauvaise qualité de vie, paysages urbains hideux… Des dysfonctionnements générés par l’étalement urbain dans les périphéries des villes et les centres ruraux limitrophes des grandes cités. D’ailleurs, il est largement admis aujourd’hui que le mode opératoire, basé sur la juxtaposition de lotissements, engendre un cadre bâti inachevé et inesthétique, avec une dégradation structurelle de la voirie. «D’où la nécessité de s’orienter plutôt vers des groupements d’habitations et ensembles urbains intégrés», suggère Abdellatif Ennahli, président de la fédération des agences urbaines (Majal). Or, le processus d’urbanisation n’est pas près de s’arrêter. En effet, entre 2004 et 2030, la population urbaine augmentera de 8 millions d’habitants. Les villes seront donc soumises à une pression encore plus forte. Ce qui représente plusieurs défis aux administrations chargées de l’urbanisme. Autant de problématiques qui seront abordées par des experts nationaux et internationaux lors de la 5e réunion annuelle, organisée, aujourd’hui lundi 27 décembre, par la fédération des agences urbaines (Majal). Une rencontre qui s’articulera autour de trois principaux axes. Il s’agit de présenter l’évolution et les défis auxquels sont confrontées les villes marocaines. Les participants proposeront leur conception des moyens à même d’améliorer et de sauvegarder le paysage urbain. La réunion a également pour objectif de proposer des pistes d’amélioration de la production d’un paysage urbain favorisant le développement durable. Les interventions seront animées par des experts nationaux et internationaux. La 5e rencontre annuelle des agences urbaines soumettra à débat le concept de paysage urbain via la confrontation des approches nationales et internationales. L’objectif est de mieux appréhender et redéfinir cette thématique. Plusieurs autorités sont concernées par le contrôle de l’urbanisation. Mais des freins subsistent encore, d’où les nombreux dysfonctionnements constatés. «Ces administrations ne disposent pas de moyens financiers, humains et logistiques nécessaires pour assurer un suivi efficace. De plus, les alternatives tardent à venir», précise Ennahli. Autre objectif de la rencontre d’aujourd’hui, l’identification de nouvelles formes et de nouveaux outils de suivi de la croissance urbaine. Il s’agira également de déterminer de nouvelles voies de mise à niveau des différentes composantes des paysages urbains.


Règlements de construction

COMMENT régler les dysfonctionnements qui marquent nos paysages urbains? Les agences urbaines s’activent actuellement à élaborer des règlements de construction qui fixent les dispositions réglementaires (couleurs, matériaux utilisés, disposition des paraboles, des climatiseurs…). Quant au code de l’urbanisme, toujours en discussion, devrait contribuer lui aussi à l’amélioration des paysages urbains. Mais il faudra aussi généraliser les règlements de voirie. A ce titre, la mise à niveau des communes est devenue incontournable afin d’assurer la mise en œuvre rigoureuse, au plan régional, des politiques urbanistiques. «Les chantiers structurants auront assurément un impact favorable sur les villes car ces projets constitueront les modèles à suivre», explique Abdellatif Ennahli. Selon ce dernier, la rencontre d’aujourd’hui devrait déboucher sur des recommandations, qui feront l’objet d’un suivi en vue de leur concrétisation dans la réalité.Hassan EL ARIF

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc