×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

Des éruptions solaires de janvier à avril 2000

Par L'Economiste | Edition N°:526 Le 10/06/1999 | Partager

· GSM, satellites, systèmes de navigation des avions... seront touchés
· C'est un phénomène qui a lieu tous les 11 ans
· Le pic solaire de l'an 2000 sera cependant moins violent que la moyenne

A peine auront-ils traversé les affres du bug 2000, les réseaux de télécommunications terriens devront faire face à une autre menace, cette fois-ci intersatellitaire. Il s'agit d'une série d'éruptions solaires "monstrueuses". Ces éruptions seront spécialement violentes de janvier à avril 2000 et pourraient, selon des spécialistes cités par le magazine Cyberscience, couper le courant, griller les satellites, couper les téléphones cellulaires et brouiller les systèmes de navigation des navires et des avions. Imaginez le carnage.
Explication: l'activité solaire évolue selon des rythmes de 11 ans. Lors du prochain pic, de janvier à avril, le Soleil sera secoué d'explosions titanesques, des milliards de fois plus puissantes que la bombe d'Hiroshima. Chacune de ces explosions expédiera d'énormes quantités d'énergie vers la Terre, créant des aurores boréales, mais aussi diverses formes parasites d'électricité.
Dans le passé, des problèmes similaires de charges électriques parasites ont déjà déclenché les propulseurs d'appoint de satellites, les envoyant dans de mauvaises orbites. Les téléphones cellulaires sont également sensibles aux éruptions solaires. Celles-ci perturbent l'ionosphère, une zone de la haute atmosphère qui réfléchit normalement les ondes radio.
L'exemple le plus actuel est le black out de 1989 survenu au Canada, lorsqu'une éruption solaire, pourtant de très moindre importance, avait provoqué l'effondrement du réseau électrique d'Hydro-Québec.
Mais le plus préoccupant, selon les experts, restent les systèmes de position-
nement global (GPS). Ces systèmes, très utilisés sur les bateaux et les avions, déterminent la position précise de l'appareil en la comparant à celle de satellites qui occupent un point fixe dans le ciel. Si les éruptions solaires provoquent le chaos dans la constellation de satellites GPS, le système pourrait indiquer une position erronée, mettant en danger la navigation.
On ne sait pas trop comment l'équipement électronique récent résistera à toute cette électricité parasite. Mais il y a au moins deux bonnes nouvelles. D'une part, le pic d'activité solaire de l'an 2000 sera moins violent que la moyenne. D'autre part, un satellite d'observation du soleil nous avertira des éruptions dangereuses une heure à l'avance.
A noter que l'influence du Soleil sur l'environnement terrestre tient à trois vecteurs. Il s'agit des ondes électromagnétiques émises par le Soleil (des rayons X aux ondes radio), des particules accélérées lors des éruptions solaires sporadiques (principalement des protons). S'y ajoute le vent solaire, flux permanent de particules ionisées dont les perturbations viennent modifier l'environnement terrestre et en particulier le champ magnétique terrestre (activité géomagnétique).

Abdelaziz MEFTAH (Cyber Science)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc