×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

Elections européennes: Quatre pays ouvrent le bal

Par L'Economiste | Edition N°:526 Le 10/06/1999 | Partager

LES élections européennes se tiennent ce dimanche 13 juin. Près de 200 millions de personnes sont appelées aux urnes pour élire les députés du Parlement européen. Les électeurs de trois pays (Grande-Bretagne, Pays-Bas et Danemark) ont ouvert le bal jeudi 10 juin. Ceux de l'Irlande sont appelés aujourd'hui aux urnes.
En Grande-Bretagne, les Européennes s'annoncent hautement paradoxales, avec le risque d'un revers pour les travaillistes de Tony Blair, Europhile ultra-populaire, et la promesse de gains pour deux parties en déshérence: les conservateurs eurosceptiques, et libéraux démocrates euro-enthousiastes. Outre le refus du Labour au pouvoir d'engager le débat sur sa politique attentiste vis-à-vis de la monnaie unique, deux facteurs promettent de brouiller la lecture du scrutin: l'introduction de la proportionnelle intégrale, et un abstentionnisme record. Les Britanniques, qui comptent parmi les électeurs européens les moins empressés à désigner leurs représentants au Parlement de Strasbourg, pourraient cette fois être moins de 30% à se déplacer. Ce même risque est observé du côté des Pays-Bas. Les résultats de cette consultation constitueront néanmoins un premier test grandeur nature de l'influence relative des différents partis néerlandais après la démission surprise présentée le 19 mai par le gouvernement de coalition du travailliste Wim Kok.
Au Danemark, les quelque 250 candidats sur 11 listes avaient mis les bouchées doubles dans la dernière ligne droite avant les élections pour convaincre l'indifférence et le scepticisme des électeurs, et pour faire sortir la campagne de l'ombre pesante du conflit au Kosovo.

Adil BOUKHIMA (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc