×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Danone défie la grande distribution

Par L'Economiste | Edition N°:3333 Le 04/08/2010 | Partager

Le groupe agroalimentaire, Danone, vient d'inaugurer deux bars à yaourts à l'aéroport de Madrid. Au sein de ces «Yoghourteria«, Activia se déguste frais ou glacé, le tout accompagné de fruits, céréales ou pépites de chocolat. Danone propose également des yaourts à emporter, dont certains aux parfums introuvables ailleurs. «Nous pourrions étendre à d'autres villes ces bars à yaourts Activia», confie Franck Riboud, le président de Danone. La décision de Danone est un tournant majeur dans les relations tumultueuses entre les industriels et les majors de la grande distribution. La forte concentration des marques d'hyper en France, voire l'entente entre les enseignes, ont neutralisé tout le bénéfice de concurrence aux dépens des industriels.Les grandes marques en France ne peuvent pas quitter les enseignes. Elles y réalisent, en effet, entre les trois quarts et la totalité de leur chiffre d'affaires. Toutefois, les industriels se plaignent des pressions croissantes exercées par les centrales d'achat. Ils tentent ainsi de trouver d'autres façons de commercialiser leurs produits. «Lorsqu'elles ne se font pas exclure définitivement des rayons, les marques sont désormais obligées de réduire leur assortiment. Plus grave, elles souffrent de la place croissante prise dans les rayons par les marques de distributeurs«, relève le Figaro. Par ailleurs, tous les industriels ambitionnent de suivre l'exemple de Nestlé. Pour Nespresso, exclusivement vendu dans les boutiques de la marque et sur Internet, le leader mondial de l'agroalimentaire se passe des grands distributeurs. Il faut bien noter que l'ouverture d'un réseau de boutiques est très coûteuse et n'est rentable qu'au bout de nombreuses années. En revanche, d'autres réseaux de distribution permettent d'atteindre une meilleure rentabilité. «En vendant leurs produits dans les cinémas ou les parcs d'attractions, les industriels mettent en avant leurs marques dans des lieux valorisants«, rapporte le Figaro.Reste à préciser que dans les réseaux alternatifs, la concurrence est toujours acharnée, mais les relations avec le distributeur sont bien plus strictes. M. Az

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc