×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Brèves internationales

Par L'Economiste | Edition N°:3333 Le 04/08/2010 | Partager

. Liban: La Finul appelle à la retenue La Force des Nations unies au Liban a appelé aujourd’hui à un «maximum de retenue» après des affrontements entre des soldats libanais et israéliens à la frontière. A noter que le mouvement islamiste palestinien Hamas a dénoncé hier «l’agression sioniste» contre le Liban après des heurts sanglants entre militaires à la frontière entre le Liban et Israël et a rendu hommage à l’armée libanaise. Au moins trois soldats et un journaliste libanais ont été tués et deux commandants israéliens blessés lors de ces affrontements survenus hier près du village libanais d’Aadaissé, dans le secteur Est du sud du Liban proche de la frontière avec Israël.. Enquête sur la flottille: Israël cède aux pressionsSous la pression internationale, Israël a accepté de participer à une enquête de l’ONU sur une opération militaire. Ceci pour tenter de surmonter une crise avec la Turquie qui a suivi l’abordage sanglant d’une flottille en route vers Gaza. Cette décision constitue une volte-face du Premier ministre Benjamin Netanyahu qui avait rejeté l’idée même d’une commission d’enquête internationale sur cette opération, qui avait coûté la vie le 31 mai à neuf passagers turcs et déclenché une crise aiguë des relations avec Ankara. Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a annoncé lundi dernier qu’un panel d’experts, composé de quatre membres, dont un Israélien et un Turc, allait enquêter sur ce raid.. Téhéran s’en prend aux USAL’amiral Michael Mullen, chef d’Etat major interarmées américain, avait déclaré qu’un plan d’attaque des Etats-Unis contre l’Iran était prêt au cas où Téhéran se doterait de l’arme nucléaire. Des propos qui ont suscité la grogne des responsables iraniens assurant que Washington subirait une défaite pire qu’en Irak et en Afghanistan en cas de guerre . «Zardari devrait être au Pakistan» Des parlementaires britanniques d’origine pakistanaise ont critiqué la visite du président pakistanais Asif Ali Zardari. Sa place n’était pas en ce moment à Londres mais dans son pays, où des millions d’habitants sont sinistrés par de graves inondations

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc