×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Courrier des Lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:1655 Le 04/12/2003 | Partager

. «Diasporisons-nous»Beaucoup s'en prennent à ces pauvres bougres que sont nos ministres, un peu comme s'ils étaient pleinement responsables. Rien n'est plus faux. Ils sont victimes eux-mêmes de... ce manque de dynamique ou cohésion sociale. La preuve? Prenez l'équipe actuelle, diasporisez la! c'est-à-dire envoyez-la aux commandes dans un autre pays (qui accepte la simulation, cela va sans dire!). Faites-la plancher sur de vrais problèmes d'un quelconque pays occidental de l'UE ou d'ailleurs. Ramassez les copies. Analysez: je vous fiche mon billet que les solutions qu'ils vont préconiser ont toutes les chances d'être défendables, sinon semblables à celles de leurs homologues européens. Je veux dire que ce n'est pas d'une incapacité intrinsèque de gouverner que souffrent nos concitoyens «ministés» ou ministrables. C'est d'un malaise social, une sorte d'incapacité à faire «euréka» ensemble à l'intérieur de nos frontières. Moralité: il faut exporter nos citoyens à qui mieux mieux.Une autre preuve a contrario: les Marocains actuellement diasporisés sur la planète se portent très bien! Ils sont pour la plupart bien insérés là où ils sont. Moralité: Diasporisons! Et arrêtons de forcer nos concitoyens à monter leur mayonnaise à l'intérieur du Maroc géographique.Abdelilah B. . La diaspoLa «diaspo», c'est comme ça que je vous propose d'appeler désormais cet élan centrifuge, ou cet effort dispersif que je préconise comme une démarche positive, acceptée, voire provoquée par les Etats. Je sais que la politique de «li bgha yemchi lchi blaça khallih» paraît difficile d'application. Mais à bien réfléchir, c'est simplement le corollaire de la règle de globalisation et d'ouverture sur toute la planète. Dans un monde ouvert, on ne se bat pas avec des verrous et des gardes-frontières, mais avec son imagination. Il s agit de développer la résilience des individus à l'échelle de la planète. «Les frontières sont des cicatrices laissées par l'Histoire. Les Etats les défendent encore sans discernement, c'est un atavisme hérité des siècles de fermeture.Abdelilah B. (bis). DestinCher L'Economiste, je t'écris pour dire à tout le monde qu'il ne faut pas accuser les émigrants de trahir le Maroc. Nous partons pour refaire notre vie, la plupart réussissent, pas tout de suite, mais après 20 ou 30 ans. Leur famille change son destin, et le coeur reste toujours marocain. Il n'y a pas de trahison, mais des ménages qui réussissent; c'est tout ce qui compte pour tout le monde. Et merci.Bouchaïb A., Belgique. Tabou (sic)Messieurs, vous censurerez certainement ma lettre et tant pis. L'émigration des cadres, des informaticiens dont on a beaucoup parlé ou des infirmiers dont on ne parle jamais, est le résultat de l'atmosphère étouffante de ce pays. Ce sont toujours les mêmes qui réussissent, et pourtant, tout le monde les soupçonne de «mal» réussir, d'encaisser ce qui ne leur revient pas, de vendre leur pouvoir… Comment vivre dans ce pays?! C'est tabou, on ne peut rien dire.Ahmed G., Strasbourg. Youssoufi, bilan social désastreuxLe bilan de l'expérience de Youssoufi en tant que Premier ministre socialiste est décevant. Selon la définition nationale, la population vivant en dessous du seuil de pauvreté est passée de 13% au début des années 90 à 19 % à la fin du gouvernement de Youssoufi, et bien davantage dans les zones rurales. Le taux de chômage atteignait 12,2% mais près de 19% en milieu urbain, où vit désormais plus de la moitié de la population. Toujours en ville, plus de 50% des 15-34 ans sont sans emploi et le taux de chômage parmi les diplômés atteignait 24 %. Le Maroc est désormais classé au 123e rang mondial. Voici un bref bilan social de Youssoufi. Qui dit mieux?K. Z., Paris. Youssoufi, l'oeuvre et la gloireVous avez ouvert un forum sur votre site Web, sur le bilan de Youssoufi comme Premier ministre et comme responsable politique de l'USFP. Avec surprise et tristesse, j'ai lu les critiques. Elles sont très injustes, car en réalité Me Youssoufi n'était pas à ce poste pour produire de la croissance économique ou lutter contre la pauvreté. Il devait assurer une transition démocratique? Il l'a remarquablement bien fait. Il a assuré la transition entre deux règnes, et la transition des opposants qui ne savaient rien de l'art de gouverner. Ils l'ont appris maintenant. Il fallait un talent énorme pour que des El Yazghi, qui avait cru pouvoir fomenter un coup de force semblable à celui de Fidel Castro, avec une poignée de fusils (voir l'excellent ouvrage de Bennouna «Héros sans gloire» Tarik éditions), aient un fauteuil ministériel sous le règne de Hassan II! C'est cela l'oeuvre et la gloire de Youssoufi. De grâce, regardons l'histoire!Younes B., Rabat. Alternative? C'est sûr que l'ouverture sur les marchés internationaux et la création des zones de libre-échange constituent une locomotive pour tout développement économique et social. Mais la grande question qui se pose concernant le cas du Maroc et l'UE: Est-ce que cet accord sera bénéfique pour notre pays qui ne dispose malheureusement pas d'une plate-forme solide pour faire face à une concurrence des pays de l'UE, surtout dans le cadre de l'élargissement de celle-ci? Ce que j'en dis? Je suis tenté de répondre franchement oui. Maintenant, la réponse doit être étayée, motivée. Naturellement, il faut nous interroger sur les moyens et la politique à mobiliser pour tirer parti de cet accord. Les accords internationaux, aujourd'hui comme hier, sont comme une auberge espagnole: on y trouve ce qu'on ramène dans son panier. Il n'y a pas d'aubaine («djaja b'kamounha») à attendre. Le contexte européen élargi sera encore plus féroce, il faudra donc jouer nos meilleures cartes: AAA: L'agriculture et les mines BBB: Le tourisme CCC: Les services reliés aux NTIC DDD: Autres lieux découverts à… marée basse (c'est-à-dire des domaines où nous n'avons pas de réelles compétences et où nos potentiels sont faibles, où l'avance prise par les autres est trop grande pour s' attendre à un retournement de situation. Pour chacune des 3 premières composantes, il faut une stratégie à long et moyen terme et une démarche volontariste affirmée et beaucoup de travail. Pour le DDD, il faut encourager et jouer sur l'exemplarité plutôt que sur le «guichet unique». Tout ça mérite d'être et peut être détaillé. Relancez le débat si l'ouverture vous intéresse. [email protected]


La lecture, SVP
Selon une étude publiée à Londres, la prospérité d'un pays est liée au niveau d'intelligence de sa population. Vous savez que la contribution arabe dans la production des livres au monde ne dépasse pas 1,1%, tandis que 5% de la population mondiale est arabe. Un petit pays comme la Hollande (géographie/démographie) produit plus de livres que tout le monde arabe! Plus de 17% des livres produits dans le monde arabe sont consacrés à la religion et seulement 20% sont consacrés à l'art et la littérature. Le Maroc fait partie de ce stagnant monde arabe où la lecture est taboue. Procurez-vous cette étude et diffusez-la sur tout le pays. Mostafa E. G.
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc