×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Courrier des Lecteurs

Courrier des Lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:3503 Le 07/04/2011 | Partager

Réforme constitutionnelle
Qu’est-ce que vous exigez des partis politiques?


. Osez oser!
Nous souhaitons avoir de nouveaux interlocuteurs au sein de ces partis compétents et en phase avec leur temps. Osez oser!
M. E.

. Retraite à 60 ans
J’exige pour les partis politiques la retraite à 60 ans pour les politiciens et les fonctionnaires de l’Etat et un contrôle plus strict concernant leur patrimoine.
B. M.

. Prendre la relève
Je demande de bonnes réformes constitutionnelles. Pour assurer une bonne relève, il faut désormais confier la gestion des partis politiques aux jeunes.
B. E.

. Ceux qui s’accrochent
Il y a des hommes dans nos partis politiques dont l’âge dépasse 70 ans. Je ne vois pas pourquoi ils s’accrochent toujours à la politique.
E. M.

. Attentes des citoyens
Désormais, le futur Premier ministre sera pourvu de pleins pouvoirs pour mener à bien la politique définie non seulement par son propre parti mais également par celle des autres partis avec lesquels il doit nécessairement composer et forcément faire alliance. Les partis marocains sont au nombre de 34, le score que le parti le plus populaire peut espérer obtenir ne dépassera pas 10 à 15% de l’électorat, dans ce cas de figure ce parti agissant seul sera peu ou pas crédible du tout. Je crois que l’heure est à «l’unisson» des partis, trois partis seulement est un signe de maturité politique et sont suffisants pour incarner les choix et les aspirations du peuple. Par ailleurs, il me semble que les partis doivent être d’abord un espace de formation du citoyen où patriotisme, l’intérêt général et le respect des idées de l’autre doivent primer et surtout pas de démagogie. Les partis ne doivent pas se quereller mais plutôt se compléter. En clair, les partis doivent faire preuve de démocratie. Un parti ne doit pas servir de chasse gardée pour les uns au détriment des autres. Les élus doivent toujours être à l’écoute des citoyens. Pour finir, on ne peut mener à bien de projet démocratique sans la participation de toutes les composantes de la société. Chacun doit y mettre du sien.
H. A.

. Faire face
Les partis officiels doivent faire face aux revendications des citoyens. Des revendications légitimes et qui serviront à assainir le paysage politique. Les demandes sont les suivantes :
- Les partis doivent cesser d’être des fonds de commerce et se doivent de défendre les intérêts des citoyens. Ils ne doivent plus fermer les yeux sur les manquements aux droits de l’homme et se rendre compte qu’ils ne sont plus représentatifs dans le mouvement du 20 février. Enfin ils doivent se mettre dans la tête que leurs propositions au titre de la révision de la Constitution manquent de crédibilité et de légitimité à partir du moment où celles, plus conformes à l’intérêt national, du mouvement du 20 février sont complètement ignorées.
B. A.

. Multipartisme
Notre pays a opté pour le multipartisme et c’est une bonne chose en démocratie. Mais soyons sérieux, avec 33 partis politiques, comment peut-on avoir de la visibilité sur le paysage politique national? Le simple citoyen se perd dans cette pagaille partisane tant les valeurs et les principes se confondent et les programmes se ressemblent. Les partis politiques doivent songer à l’intérêt de ce pays avant toute considération partisane. Ils doivent faire l’économie de formations politiques en procédant à des regroupements et à des fusions partant de l’adage : l’union fait la force.
Le moment est historique, ils doivent saisir cette occasion pour une mise à niveau générale. Certains partis sont en perte de vitesse et ils le seront davantage s’ils ne se ressaisissent pas, resserrent leurs rangs, oeuvrent avec sincérité, honnêteté et font preuve de créativité et de responsabilité.
R. S.


. La voie des urnes
Je ne demande pas grand-chose aux partis. Voici une petite liste de mes revendications :
-Prioriser l’intérêt général ;
-Instaurer une démocratie interne basée sur la voie des urnes et non sur les consensus arrangés ;
-Décliner des plans d’action par centre d’intérêt et les présenter dans un programme détaillé et chiffré pour débat interne et le communiquer à tous les citoyens après validation ;
-Enrichir le débat et les propositions au sein du Parlement et demander s’il le faut un accompagnement par des experts que l’Etat devrait mettre à leur disposition.
E. M.



Etes-vous pour ou contre le passage à l’heure d’été?


. Vraiment un gain?
De quel gain vous parlez. Il faudrait avancer d’une heure, voire d’une décennie les indices de notre économie: croissance, emploi, exportation et non de décaler les pendules de la montre sous prétexte d’économiser l’énergie.
B. Z.

. Dormir tard
Je suis contre l’horaire d’été. Les gens sont de plus en plus habitués à dormir tard, ce qui rend difficile de se lever tôt pour le boulot.
B. A.

. A partir du mois de juin
Oui, je veux bien qu’on passe à l’heure d’été mais à partir du mois de juin. Je crois que deux mois seraient suffisants pour qu’on puisse réaliser des gains au niveau économique.
B. M.

. Pour, bien sûr!
La question est de savoir pourquoi nous nous y prenons toujours à la dernière minute. Nous attendons de voir si l’été va bien venir? Ou alors si le soleil ne va pas nous faire la surprise de ne pas se lever chez nous plus tôt à cette époque de l’année? Va savoir. Autre question: pourquoi s’arrêter si tôt? Ramadan, nous dira-t-on. Et après le Ramadan? Tout le mois de septembre et une petite partie d’octobre. Mais les voies du Seigneur sont impénétrables. Apparemment celles de notre administration aussi.
L. B.

. Mesure inutile et coûteuse
Les plus perturbés sont tout d’abord les enfants. Le Maroc a la chance de vivre au rythme solaire et c’est vraiment de la pure blague écologique que de faire croire qu’un changement d’heure est bénéfique financièrement. Quand on voit le coup supplémentaire qui correspond à ce changement d’heure:
- Réglage des horloges et instruments basés sur l’heure ;
- Impression (papier = arbres abattus) de catalogues pour les horaires ;
- Lumière matinale alors que les Marocains de toute façon sortent le soir quels que soient l’horaire et la clarté ;
- Les télévisions câblées et satellitaires internationaux se fichent des programmes nationaux qui vont clôturer plutôt.
Au point de vue médical, connaissant ce changement d’heure depuis 1976, physiquement se lever une heure plus tôt perturbe gravement notre organisme, car bien souvent le réveil intervient à l’heure du profond sommeil. Or nous ne faisons pas la sieste et le soir nous ne nous couchons pas plus tôt. Une mesure que les Russes abandonnent et qui en Europe est fortement contestée.
A. L.

. De graves conséquences
Je suis contre le passage à l’heure d’été. Une étude effectuée par un psychologue allemand sur ce sujet a démontré que l’avancement d’une heure sur l’horaire normal affecte énormément l’état psychique aussi bien des adultes que des enfants et générera de graves conséquences sur l’état de la santé des individus (surtout pour ceux qui se lèvent tôt le matin pour aller au travail ou à l’école) du fait du manque de sommeil. Donc mieux vaut penser à l’intérêt et au bien-être d’une grande majorité
des citoyens que penser au business et aux intérêts d’une minorité de businessmen.
Ceux qui veulent être en phase avec les pays d’Europe, pour une raison ou une autre, n’ont qu’à faire un effort et se lever un peu plus tôt le matin.
C. A.



Dans quels secteurs faut-il investir?


. Les jeunes d’abord
Je crois qu’il est nécessaire d’investir en priorité dans les domaines suivants : emplois des jeunes et lutte contre la pauvreté.
B. E.

. Investissements prioritaires
A mon avis, il faut d’abord investir en priorité dans les domaines liées à l’eau, aux énergies renouvelables et aux activités de protection de l’environnement. Je pense personnellement aux traitements des déchets solides qui empoisonnent au sens strict du terme le milieu urbain et rural de ce Maroc que l’on aimerait voir mieux protégé.
I. P.

. Les niches
Le secteur des énergies renouvelables -solaire et éolienne- me semble plus que jamais les niches les plus appropriées pour des investissements sûrs compte tenu de l’expansion exponentielle de nos besoins en énergie. Une partie de nos besoins en électricité, chauffage pourrait être comblé par les panneaux solaires et les plaques photovoltaïques. Une réduction des prix et une aide étatique sous forme de crédit d’impôt faciliteraient la généralisation de ces supports auprès des ménages relayée par les promoteurs immobiliers.
R. O.

. Emergence
Il faut investir dans les secteurs porteurs identifiés par le pacte national pour l’émergence industrielle (offshoring, aéronautique, électronique, agroalimentaire...), autant de secteurs pour lesquels notre pays peut présenter des avantages compétitifs certains. L’investissement nécessite néanmoins des moyens d’accompagnement notamment la disponibilité de la ressource humaine hautement qualifiée, considérée comme la clé de voûte de tout programme de développement.
A cet effet, l’investissement doit se faire prioritairement dans l’éducation et la formation. Il ne suffit pas de diplômer chaque année des cohortes de jeunes pour qu’ils fassent des sit-in devant le Parlement. La question de l’amélioration de la qualité de la formation et de son adaptation aux besoins du marché de l’emploi et des investisseurs doit être portée à la tête des priorités.
R. S.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc