×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique Internationale

Conférence à HEM: : La sécurité devient une préoccupation majeure des PVD

Par L'Economiste | Edition N°:14 Le 30/01/1992 | Partager


L'ECOLE des Hautes Etudes de Management de Casablanca a organisé, le 10 Janvier une conférence-débat ayant pour thème «quelle stratégie de développement et de sécurité économique pour le Maroc face au nouvel ordre géopolitique mondial». Cette conférence a été animée par M. Benamor, président d'H.E.M, M. Michel Jobert, ancien ministre français des Affaires Etrangères, Mme Morisol Touraine, professeur à l'Institut des Etudes Politiques de Paris, M. Habib El Malki, professeur à l'Université MohamedV et Secrétaire général du CNJA.

Précisant la notion de sécurité, M. El Malki a estimé que cette notion devient de plus en plus riche, puisqu'intégrant les dimensions économiques, sociales, culturelles et politiques.
Il considère également que la sécurité est seule capable de donner un sens au développement.
En ce qui concerne l'analyse de l'environnement international, M. Jobert a critiqué en premier lieu le terme «nouvel ordre économique», et l'a considéré comme abusif. Il a estimé, par ailleurs, que le monopole de puissance a fait son temps, et que la sécurité et le progrès des P.V.D. ne dépend plus de l'environnement international mais de leur propre volonté.
Aussi est-il communément admis que l'organisation actuelle du monde se fait autour des différents pôles, qui sont le pôle asiatique, le pôle européen, et enfin le pôle américain. Mme Touraine a constaté, pour sa part, que la construction des différents pôles comportaient plusieurs risques pour les P.V.D. Parmi ces derniers, on peut citer la crainte de voir la régionalisation des échanges l'emporter sur leur mondialisation. Les P.V.D n'appartenant à aucune entité, pourraient ne pas être pris en charge par un «pays-moteur», surtout que l'idéologie qui constituait la principale monnaie d'échange n'est plus de rigueur.

Le cas de la Corée du Sud pourrait-il
constituer un exemple?


Pour M. Jobert, l'exemple de la Corée du sud est édifiant, et il faudrait abandonner la planification à court terme pour élaborer des stratégies ayant une durée d'une trentaine d'années.
Enfin, il a considéré qu'il fallait atteindre un taux de croissance de 10% pour s'estimer effectivement en développement.
Pour Mme Morisol Touraine si la Corée du Sud a pu décoller c'est que l'environnement économique le lui permettait, et notamment l'aide des Etats-Unis. M. El Malki considère pour sa part, qu'il ne faudrait plus penser le développement en terme de mythe, rappelant que si la Corée du Sud a connu cette croissance c'est en partie du fait de son éthique propre.
Mme Touraine a aussi soutenu que le capitalisme n'est pas une abstraction, et qu'il fallait élaborer des projets et le cadre de leur réalisation.

Elle a enfin considéré que l'annulation de la dette du tiers monde devient une nécessité, puisque l' actuel flux financier est sud-nord au lieu d'être nord-sud. Pour un plan de développement pour les P.V.D, Mme Touraine a estimé qu'il faudrait avoir «moins d'Etat», que les sociétés devraient s'exprimer davantage dans différentes structures telles que les syndicats.
M. El Malki a quant à lui émis plusieurs propositions à même d'assurer et le développement et la sécurité. Il a alors jugé nécessaire de jeter les bases d'une économie de partage afin d'organiser les rapports sociaux de manière à responsabiliser l'économie marocaine, de redéfinir le rôle de l'Etat, non seulement économique mais aussi socio-culturel et politique, et enfin de mieux penser l'avenir en intégrant la dimension temps.
Aussi, pour M. El Malki l'emploi ne doit plus être perçu comme un placement mais plutôt comme un facteur d'insertion socio-culturelle et de responsabilisation. Enfin, il a considéré que le développement d'une éthique pour une société est très important puisqu'elle constitue sa raison d'être.
Un débat a fait suite à ces interventions portant essentiellement sur la sécurité et les modèles de développement.

LeÏla TÂARJI.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc