×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Chypre: La Turquie pour une reprise des négociations

Par L'Economiste | Edition N°:1927 Le 29/12/2004 | Partager

. Ce problème doit être résolu avant le 3 octobre La Turquie a annoncé le 27 décembre qu’elle était favorable à une reprise des négociations pour la réunification de Chypre sur la base du projet de l’ONU qui interviendrait avant l’ouverture de ses propres négociations pour l’adhésion à l’Union européenne en octobre 2005.La division de Chypre entre les communautés grecque et turque de l’île depuis près de trente ans constitue un obstacle majeur à la candidature de la Turquie à l’Union européenne car Ankara refuse de reconnaître le gouvernement chypriote grec reconnu par la communauté internationale et admis en mai dernier au sein de l’UE. «Nous espérons que les négociations pourront reprendre dans le cadre des Nations unies sur la base du plan Annan et que ce problème sera résolu avant le 3 octobre», a annoncé à la presse le porte-parole du gouvernement, le ministre de la Justice, Cemil Cicek, à l’issue d’une réunion du gouvernement.Cicek faisait allusion au plan du secrétaire général de l’ONU, rejeté par les Chypriotes grecs en avril dernier alors que les Chypriotes turcs l’avaient approuvé massivement.L’initiative de paix de l’ONU constituait une tentative de la dernière heure pour réunifier l’île avant son accession à l’UE le 1er mai dernier.L’échec du plan Annan a eu pour conséquence que seule la partie chypriote grecque de l’île a accédé à l’Union européenne. L’UE a donné son feu à l’ouverture de négociations d’adhésion avec la Turquie le 3 octobre prochain à condition que ce pays fasse un geste envers le gouvernement chypriote grec.Ankara s’est engagée à contrecoeur à signer un protocole avant la date d’ouverture de ses négociations d’adhésion afin d’être en phase avec l’accord conclu entre l’UE et les dix nouveaux membres qui ont accédé à l’UE en 2004 mais elle a souligné que ses concessions n’iraient pas jusqu’à reconnaître le gouvernement chypriote grec. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc