×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Asie/raz-de-marée: Le bilan s’aggrave de jour en jour

Par L'Economiste | Edition N°:1927 Le 29/12/2004 | Partager

. Il pourrait dépasser 40.000 morts et 30.000 disparus . Il y a un million de personnes sans abri au Sri Lanka. Les secours peinent à s’organiserDeux jours après les raz-de-marée qui ont ravagé les côtes de huit pays d’Asie, le bilan dépassait 28.000 morts, mais il pourrait bientôt dépasser 40.000 morts et 30.000 disparus, l’Indonésie annonçant à elle seule un bilan probable de 21.000 morts ou davantage.Le nombre des touristes étrangers figurant parmi les victimes du cataclysme ne cessait lui aussi de croître. Rien qu’en Thaïlande, plus de 700 étrangers ont péri, selon les autorités.Confrontées à “une catastrophe sans précédent”, selon les termes d’un responsable de l’ONU, en raison du nombre des pays ravagés simultanément, l’ONU et la Croix-Rouge s’efforçaient très difficilement de coordonner les aides internationales qui affluent vers les régions sinistrées.Une réunion était prévue le 28 décembre à Genève entre les gouvernements des pays donateurs, les pays victimes et les organisations de secours afin d’organiser les aides et rassembler les fonds. Le nombre des personnes sans abri est très élevé. “Il y en a au moins un million au Sri Lanka”, a déclaré à Genève une porte-parole de la Croix-Rouge, Marie-Françoise Borel.Le 28 décembre vers 11h00 GMT, le nombre des morts confirmés était de plus de 28.200, selon les bilans provisoires fournis par les pays touchés. Mais ils semblaient devoir encore augmenter très fortement en raison d’une hausse brutale des victimes probable en Indonésie.D’ailleurs dans cette région, au moins 5.774 morts sont confirmés dans le nord de l’île de Sumatra, selon le ministère de la Santé. Le plus grand nombre de victimes, au moins 3.000 morts, a été décompté dans la région de Banda Aceh.Pour sa part, le vice-président indonésien Yusuf Kalla, cité par l’agence de presse officielle Antara, a estimé le 28 décembre que le bilan final en Indonésie oscillerait entre 21.000 et 25.000. La nouvelle estimation indonésienne, si elle est confirmée, portera le bilan général au-delà de 40.000 morts.En Inde, quelque 8.500 morts étaient recensés le 28 décembre, dont 4.500 dans l’Etat du Tamil Nadu et 4.000 dans les îles indiennes Andaman et Nicobar. De plus, quelque 30.000 personnes sont portées disparues dans ces deux îles.Au Sri Lanka, le bilan vers 11h00 GMT était de près de 12.271 morts dont 73 étrangers et 2.000 disparus. Ce bilan inclut les quelque 1.500 passagers d’un train qui a été entièrement submergé sur la côte.En Thaïlande, les autorités ont donné un bilan provisoire de près de 1.439 morts dont quelque 790 touristes étrangers, 1.200 disparus et 8.432 blessés. Le vice-ministre de l’Intérieur Sutham Sangprathum a averti que le bilan définitif de la catastrophe pourrait dépasser les 2.000 morts dans les six provinces méridionales. “Mais d’après ce que j’ai vu, le bilan va encore augmenter”, a-t-il averti.Par ailleurs, il y a eu 65 morts en Malaisie, 56 en Birmanie, 52 aux Maldives et 2 au Bangladesh. De plus, 40 corps de pêcheurs ont été retrouvés, en Somalie, et 60 autres pêcheurs sont portés disparus et considérés comme morts. Au moins 10 personnes sont mortes en Tanzanie et une au Kenya.Face à l’ampleur de la tragédie, plusieurs pays ont décrété l’état d’urgence pour faciliter le recours à l’armée et appelé à l’aide internationale. Mais les secours peinaient à s’organiser. La tâche était en outre compliquée par les difficultés rencontrées pour atteindre des régions reculées, comme en Inde, aux Maldives, à Sumatra, ou par le fait que des zones sinistrées sont sous le contrôle de rébellions armées.Plusieurs pays étrangers ont aussi commencé à envoyer des avions chargés de vivres, de médicaments et des équipes de secours.Un responsable des questions humanitaires de l’ONU, Jan Egeland, a déclaré que les raz-de-marée avaient causé pour “des milliards de dollars” de dégâts et allaient nécessiter la “plus grande opération” d’aide humanitaire de l’histoire des Nations unies.Les Etats-Unis ont annoncé qu’ils allaient envoyer quelque 15 millions de dollars d’aide immédiate. Le Japon a annoncé qu’il offrait 30 millions de dollars. La Banque mondiale a offert son aide aux pays dévastés.


Le séisme a modifié la carte d’Asie

LE séisme en Asie a été si puissant qu’il a fait vaciller la terre sur son axe, et modifié la carte d’Asie en déplaçant des îles à Sumatra, ont estimé des experts américains en géophysique.Le séisme de magnitude 9 degrés sur l’échelle ouverte de Richter, dont l’épicentre était situé à 250 kilomètres au sud-est de Sumatra, pourrait avoir déplacé les plus petites îles de la région de quelque 20 mètres, selon un expert de l’institut géologique américain (US Geological Survey), Ken Hudnut. “En se basant sur des modèles sismiques, on peut dire que certaines des plus petites îles au sud-ouest des côtes de Sumatra peuvent avoir avancé de 20 mètres vers le sud-ouest. Ce qui est un glissement important”, a-t-il ajouté.La pointe nord-ouest du territoire indonésien de Sumatra pourrait également avoir glissé vers le sud-ouest d’environ 36 mètres, selon le même expert.De plus, l’énergie dégagée par la rencontre des deux plaques qui a provoqué le séisme, a également pu faire vaciller la terre sur son axe, a estimé Hudnut.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc