×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Change flottant
«L’expérience égyptienne est concluante»
Entretien avec Alaa Amer, vice-président de l’autorité du marché égyptien

Par L'Economiste | Edition N°:2262 Le 25/04/2006 | Partager

La place financière du Caire a connu une évolution remarquable en 2005, favorisée, entre autres, par l’adoption en 2003 du système de change flottant. Alaa Amer assure que le risque de change sur la livre égyptienne est maintenant limité, ce qui permet aux investisseurs étrangers d’effectuer des allers-retours en toute liberté sur la Bourse du Caire.- L’Economiste: Comment appréciez-vous l’évolution de la Bourse égyptienne?- Alaa Amer: La Bourse du Caire a connu ces dernières années une évolution favorable. La raison principale est la mise à niveau du cadre réglementaire pour le hisser aux standards internationaux. La réglementation de 1992 complétée par la loi sur le dépositaire de 2000, et qui a été assez contraignante, a poussé plusieurs sociétés à abandonner leur cotation, et nous sommes passés de 1.200 sociétés cotées en juin 2002 à 730 actuellement. Mais seule une centaine traite régulièrement, dont une cinquantaine quotidiennement. Le volume tourne autour de 20 milliards de livres par jour (ndlr: l’équivalent de 31milliards de DH). La capitalisation totale de la place, et qui a connu en 2005 une augmentation de 70,2%, a atteint 456 milliards de livres égyptiennes à fin décembre, ce qui représente 72% du PIB. . La place financière du Caire a enregistré en 2005 des performances exubérantes…- L’indice Case 30 a bondi de 146,3% en 2005, ce qui nous place en première position dans le monde. La Colombie vient en deuxième position. Les trois OPV de l’année ont contribué pour beaucoup à l’essor de la place cette année-là, au même titre que les fondamentaux de l’économie égyptienne. Nous avons dégagé en 2005 un excédent de la balance des payements de l’ordre de 4,5 milliards de dollars, et la croissance économique et l’inflation se sont établies à 5%.. Pensez-vous que l’adoption du système de change libéral a contribué à l’essor du marché des capitaux égyptien?- La décision prise par les autorités monétaires égyptiennes en janvier 2003 de basculer vers un système de change flottant s’est révélée judicieuse, et plus de trois ans après son entrée en vigueur, on peut qualifier cette expérience de concluante. Elle a permis à l’Egypte de s’arrimer à l’économie mondiale à travers une plus grande intégration, et ce, malgré les attaques qu’a connues la livre égyptienne durant les premiers mois du change flottant. Notre devise était surévaluée d’environ 20%. Pour ce qui est des marchés des capitaux, les investisseurs étrangers sont à présent rassurés. Le risque de change sur la livre égyptienne est limité, ce qui leur permet d’effectuer des allers-retours en toute liberté sur la Bourse du Caire. En 2005, 28,2% du volume global traité à la Bourse ont été générés par des investisseurs étrangers. Ces acteurs rechignent à prendre des positions sur des devises quand ils éprouvent des difficultés à rapatrier leurs fonds, ou quand ils pensent que le risque de dévaluation est prépondérant. L’essor ne se limite pas au seul marché boursier. Nous avons noté un intérêt grandissant des investisseurs institutionnels étrangers qui lèvent des fonds sur le marché financier égyptien en recourant notamment aux obligations garanties par l’Etat. Même si ces opérateurs se livrent parfois à des arbitrages en profitant de différentiels de taux d’intérêt des différentes devises, nous nous réjouissons de leur présence.Propos recueillis par Tarek Halim

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc