×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

CGEM: Toujours pas de candidats!

Par L'Economiste | Edition N°:2225 Le 02/03/2006 | Partager

. Les membres ont tenu leur réunion le 28 février. Ça ne s’arrange pas avec le FiscPronostics hasardeux, bruits de couloirs… les spéculations ont la vie belle et, pour le moment, toujours pas de candidat à se jeter à l’eau. C’est ce qu’a annoncé, mardi 28 février, Hassan Chami, patron des patrons sur le départ, à l’issue de la réunion des adhérents qui a eu lieu quelques heures plus tôt à Casablanca. Exit Moulay Hafid Elalamy, PDG du groupe Saham, Kamil Benjelloun, celui de CBI, ou encore Mériem Bensalah, DG des eaux minérales Oulmès qui ont nié vouloir entrer dans la course à la présidence. Exit également Youssef Alaoui, le jeune président de la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole (FISA) qui a démenti publiquement, le 28 février, les rumeurs concernant sa candidature. «Avec tout ce que j’ai à faire!» a-t-il plaisanté. La nouvelle procédure qui requiert une centaine de signatures de soutien de la part des membres y serait-elle pour quelque chose? Des candidats potentiels attendraient en effet le précieux autographe avant de présenter la moindre ébauche de programme. Rappelons que les élections auront lieu fin juin, et que les prétendants doivent se manifester d’ici avril.Le volet des élections clos, les membres de la CGEM ont ressorti le bras de fer qui oppose l’administration fiscale et les entreprises (www.leconomiste.com). «Il faut une loi spécifique dans laquelle les parlementaires sont engagés», revendique Chami. Pour susciter le débat. Les entreprises critiquent toujours les taux d’imposition élevés et les taxes «qui nuisent à la compétitivité», lance Abdelaziz Taariji, président de la Fédération nationale de l’électricité et de l’électronique. Un recul remarqué des acquis fiscaux de l’entreprise ces dernières années et une moindre réactivité des autorités fiscales aux différentes propositions des secteurs ont été fustigés par la Confédération. A noter que le patronat mène actuellement une étude sur les modifications intervenues ces six dernières années. La Confédération pense appuyer sa note avec l’exemple des pays de l’Est qui appliquent une taxe libératoire basée sur le chiffre d’affaires de la société. «Cela permet au fisc d’obtenir des recettes et aux entreprises de se débarrasser des problèmes fiscaux», indique le patron des patrons. Rappelons qu’une journée de réflexion sur la fiscalité au Maroc se tiendra fin avril. Autre point abordé par les adhérents: le projet de statut du Giac tertiaire. L’assemblée générale constitutive des Groupements interprofessionnels d’aide et de conseil pour les services, présidée par Mohamed Lahlou, président de la commission de Compétitivité de l’entreprise, a eu lieu le 22 février à la CGEM.


Grippe aviaire: Le patronat réagit

Avec humour, Hassan Chami a mis sur le tapis un article de L’Economiste datant du 27 février, «tiquant» sur l’absence de mesures prises par la CGEM pour inciter les entreprises à protéger leurs effectifs d’une pandémie éventuelle. «Nous sommes au centre de ces débats au sein de la Fédération visée (La Fisa, ndlr) et ne souhaitons pas nous substituer à elle», a-t-il dit. Nous réfléchissons, en cas de grippe aviaire, à la manière dont on pourrait continuer à travailler, a-t-il ajouté. Des entreprises prévoiraient d’installer à domicile, chez les cadres par exemple, des centres informatiques. «Ce débat est ouvert dans les autres pays. A la CGEM, nous n’avons pas jugé utile de l’ouvrir car nous n’avons pas la structure pour y répondre», explique Chami. Youssef Alaoui, lui, a indiqué avoir demandé au gouvernement des capsules audiovisuelles didactiques pour informer. Il a également insisté sur le fait que la crédibilité du système de surveillance, le comité de vigilance existant depuis 2003, ne pouvait être remis en question. Céline PERROTEY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc