×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Bourse: Retour au calme dans un marché mouvementé

Par L'Economiste | Edition N°:2225 Le 02/03/2006 | Partager

. La progression des indices autour de 5% en février. Le chiffre d’affaires explose d’un mois à l’autre. Beaucoup d’opérations exceptionnellesLa folle chevauchée de la Bourse aura été de courte durée. Le marché s’est rendu à l’évidence au terme de février pour retrouver des rythmes de croissance plus normaux. Une autorégulation offrant aux opérateurs un climat d’investissement plus serein. La croissance modérée n’a pas freiné l’envolée des volumes qui se sont établis à plus du double des performances de janvier. Ces réalisations interviennent néanmoins dans un marché mouvementé, de par les multiples opérations de franchissement de seuil et d’augmentation de capital. La Bourse s’attend d’ailleurs à d’autres événements du genre dans les mois à venir.Le Masi a gagné 4,61% à 6.960 points et le Madex 5,45% à 5.533,99. Une évolution qui dissimule toutefois des fluctuations importantes enregistrées tout au long du mois. En effet, la folle cadence de progression s’est poursuivie début février portant le Masi au-delà des 7.000 points et le Madex aux environs des 6.000. Cette chevauchée a été freinée par une grosse correction à la mi-février faisant chuter les indices à des niveaux équivalents à ceux de janvier. Les légères variations se sont succédé jusqu’à la fin du mois pour aboutir à des réalisations acceptables en cette période de l’année. Les performances annuelles ressortent ainsi à 25,66% pour le Masi et 26,96% pour le Madex. . Attente de la publication des résultatsCette situation est due, selon des analystes, à l’attente de la publication des résultats 2005. Ils prévoient des progressions à deux chiffres et des performances pouvant justifier le comportement du marché. Toutefois, en cas de résultats en-deçà des espérances, la déception des investisseurs pourrait entraîner une sévère correction, selon nos informations. La plus grosse progression du mois est signée Société chérifienne des engrais (SCE) qui a pris 75,99% à 413,4 DH. Cela résulte, selon les analystes d’une spéculation accrue sur le titre. Le Carton a bénéficié du report de sa radiation de la cote pour s’envoler de 68,52% à 84,26 DH. A noter la bonne performance de CIH (+35,11% à 319,6 DH) après la finalisation de l’opération-accordéon qui a porté sur son capital. Trois titres du groupe ONA ont figuré parmi les plus grosses régressions du mois. Il s’agit des Brasseries du Maroc (-9,45% à 1.811 DH), de Centrale Laitière (-6,93% à 6.580 DH) et Cosumar (-5,87% à 1.026 DH). Le titre ONA a lui-même perdu 2,27% à 1.165 DH, dans un volume d’un milliard de DH. Le chiffre d’affaires du mois s’est élevé à 15,1 milliards de DH, soit une progression de 125,4% par rapport au mois précédent. Le marché central a dominé les transactions avec 10,2 milliards de DH. Une performance en hausse d’environ deux tiers par rapport à janvier. Toutefois, les transactions sur le marché de blocs sont plutôt timides en ce début d’année. Le chiffre d’affaires s’y est établi à 283 millions de DH en baisse de 52,73% par rapport à janvier. A noter que le marché obligataire a drainé un volume de 578 millions de DH. De plus, les augmentations de capital ont atteint 3,7 milliards de DH. Ces performances sont liées à des transactions spécifiques, intervenues au cours de février. Il y a, d’une part, l’opération de cession massive réalisée par les salariés de BMCE Bank au terme du délai réglementaire de conservation, et qui leur a rapporté 600 DH par action de plus value. Cette vague a généré un chiffre d’affaires de 1,53 milliard de DH et positionné le titre bancaire au deuxième rang en termes de volume. Le leader traditionnel du marché, Maroc Telecom, a également profité de la publication des résultats 2005 pour réaliser un chiffre d’affaires de 2,17 milliards de DH. A noter que l’effet de cette annonce n’a duré qu’une seule séance où le titre a réalisé des performances remarquables à Casablanca et Paris (cf. www.leconomiste.com).Plusieurs événements de taille ont marqué les transactions en février. Le plus important reste la suspension, lundi 27 février, de Sonasid, dans l’attente de la publication d’une information importante. Les rumeurs font état d’un partenariat avec Arcelor, mais rien n’est encore confirmé. Le marché devra être fixé au plus tard lundi 5 mars, le sidérurgiste ayant 5 séances pour émettre l’information. Le capital de Samir a connu un chamboulement suite à la cession des parts de Corral Petroleum Holding à sa filiale marocaine Corral Morocco Gas and Oil qui détient désormais les deux tiers du capital. Le CDVM a publié les résultats de l’opération-accordéon sur le capital du CIH et ceux de l’OPR sur Carnaud, qui n’a pas vraiment été concluante. Il a également annoncé le report de radiation de Le Carton et le remboursement des obligations de Risma, donnant lieu à l’augmentation de son capital. Le mois de février a connu, en outre, trois franchissements de seuil à la baisse concernant RMA Watanya et Interfina dans le capital de Sofac et de SNI dans celui de Berliet Maroc. Nouaim SQALLI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc