×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Casa-Nouaceur: Le calvaire d'une PME de transport touristique

Par L'Economiste | Edition N°:1303 Le 02/07/2002 | Partager

. Aujourd'hui en liquidation, Aerobus n'aura tenu que trois mois sur la desserte Casablanca-Centre-Aéroport Mohammed V. Pour la wilaya, la compagnie a été suspendue pour non-respect de l'itinéraire défini. Chez Aerobus, on accuse “le wali d'avoir cédé au lobbying des grands taxis”, très actif sur cette liaisonLa desserte de l'aéroport Mohammed V serait-elle une chasse gardée des exploitants de grands taxis? Il n'y a aucun doute, tranche sans détour M'Hamdi Alaoui, jeune président d'Aerobus, cette PME aujourd'hui en liquidation, qui s'était positionnée sur le créneau des navettes entre l'aéroport international et le centre de la métropole économique. Si l'on ajoute au fait qu'une société comme la CTM a dû se démener plusieurs années pour décrocher le droit d'injecter ses cars sur cette desserte, il y a de quoi se poser des questions. Aerobus, aujourd'hui en liquidation, a introduit la demande d'une autorisation depuis 1998. Au bout de trois mois d'exploitation, non sans avoir affronté le harcèlement des chauffeurs de taxis blancs, cette petite compagnie s'est vu infliger une suspension de son activité par la wilaya “pour n'avoir pas respecté l'itinéraire qui lui avait été défini par la commission de circulation”. M'Hamdi Alaoui conteste surtout la forme: “A supposer que nous ayons dépassé le cadre de notre agrément, on aurait pu nous envoyer une mise en demeure”. . 20 personnes au chômageLe management d'Aerobus ne croit pas un seul instant à l'explication de la wilaya. Pour lui, “il ne fait aucun doute que le wali a cédé au lobbying des grands taxis qui règnent en maîtres sur la desserte”. Aerobus aurait été sacrifiée pour apaiser la colère des chauffeurs des grands taxis qui menaçaient de déclencher une grève illimitée suite à la rumeur qui faisait état de leur retrait du périmètre interurbain. Ils en sont d'autant plus convaincus que la suspension de l'autorisation d'Aerobus est tombée juste au lendemain d'une réunion entre le wali et les représentants du syndicat des grands taxis. A la wilaya, tous ces griefs sont rejetés d'un seul bloc: “Toutes ces accusations relèvent de la pure propagande”.Après la suspension, les dirigeants d'Aerobus ont décidé de procéder à la liquidation de l'affaire dans laquelle les promoteurs avaient investi 4 millions de dirhams. Selon le business-plan, d'ici à la fin de l'année, la flotte d'Aerobus (2 autocars au départ) aurait été doublée, portant l'investissement global à 6 millions de dirhams. Autre conséquence, la vingtaine de personnes qui travaillaient chez Aerobus se retrouvent aussi au chômage. En fait, ce qui a été reproché à cette PME de transport touristique, c'est d'avoir procédé au “ramassage” de la clientèle dans les hôtels. Une incursion qui a été vécue par les exploitants de grands taxis pour un casus belli, ces derniers considérant que cette clientèle leur revenait de droit. Pourtant, si l'on s'en tient à la réglementation, tous les “taxis blancs” (il y en a 6.000 à Casablanca) ne sont pas autorisés à faire du transport touristique. Seuls les taxis d'un certain niveau de confort (les TGR selon le jargon professionnel) ayant un agrément du ministère du Tourisme, délivré sur la base des prescriptions précises d'un cahier des charges sont habilités à exploiter le transport de la clientèle entre les hôtels et l'aéroport. Le procès verbal de la Commission de circulation du 6 mars 2002 avait fixé deux terminus à Aerobus: le premier sur l'avenue des FAR à hauteur de l'hôtel Marhaba et le second, toujours sur la même artère, à hauteur des Colis Postaux.Abashi SHAMAMBA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc