×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Carton: Rien ne se perd tout se transforme

    Par L'Economiste | Edition N°:3505 Le 11/04/2011 | Partager
    90% de la matière première provient de la récupération de vieux cartons et papiers
    Ondulation, impression, découpe… les étapes de transformation
    Une capacité de production de 180 millions de m² d'emballage à Casablanca

    L'unité de transformation de Casablanca dispose d'une capacité de production de 180 millions de m² d'emballage. Elle comprend 8 lignes de transformation et une onduleuse. Cette dernières était l'objet d'un investissement de 150 millions de DH. Elle fait plus de 10 mètres de long

    Isolation thermique, grande résistance aux chocs et vibrations…, le carton ondulé présente un minimum de risque d'endommagement et de perte. Cet emballage de transport résiste également aux longues distances, explique d'emblée le management de la Compagnie marocaine des cartons et papiers (CMCP), filiale d'International Paper. Cependant, sa fabrication nécessite tout un processus de production strict et rigoureux.
    Aujourd'hui, CMCP dispose de 3 usines au Maroc. Son unité basée à Kénitra est spécialisée dans la fabrication du carton recyclé pour emballage.
    Les unités de Casablanca et Agadir, dites caisseries, sont orientées transformation d'emballage. Elles ont une capacité de production de 320 millions de m² d'emballage. CMCP emploie pas moins de 1.300 personnes (ingénieurs, techniciens, cadres…) dans ses différents sites de production. Son taux d'encadrement est de près de 10%.
    CMCP produit 120.000 tonnes de carton et papier chaque année. La matière première provient à 90% de la récupération de vieux papiers et cartons, ainsi que de chutes d’imprimeries. Ainsi, 20 camions sont déchargés chaque jour chez CMCP à Kénitra. Par la suite, 300 à 350 tonnes de bobines de papier quittent le site. La cargaison est ensuite transformée dans les usines du groupe à Casablanca et Agadir en emballages prêts à l’emploi pour le conditionnement des produits de grande consommation (lessive, yaourts…).
    Le site de transformation de Casablanca, visité par L'Economiste, s'étend sur une superficie de 71.000 m² et dispose d'une capacité de production annuelle de 180 millions de m² d'emballage. L'usine comprend une onduleuse et 8 lignes de transformation. Avant même d'entamer la visite, le port d'un gilet de sécurité, de boules-quiès et de chaussures spéciales est obligatoire.
    L'unité de transformation de Casablanca dispose d'une zone de stockage de matières premières. Des matières importées des Etats-Unis et d'Europe (50%) et de l'usine de Kénitra (50%) entre papier vierge et recyclé. La matière première est stockée et bien visible sous forme de bobines dépassant les 5 mètres de haut. Elles sont couvertes par des bâches pour des raisons de protection et qualité. CMCP dispose continuellement d'un stock de 15 jours.
    La production de carton emballage se fait en deux étapes: ondulation puis transformation. Généralement, 2 types de caisses sont produits par CMCP. Il s'agit des caisses américaines et des découpes.
    L'onduleuse permet de fabriquer de l'emballage ondulé résistant. Une machine qui avait fait l'objet d'un investissement de 150 millions de DH. Elle dispose d'un tableau qui indique la vitesse actuelle en mètre par minute, la vitesse moyenne du jour, le nombre de mètres avant le prochain changement et enfin le nombre de mètres produits par chaque équipe (2 équipes de 8 techniciens chacune). Un peu plus loin, l'on trouve une cabine de contrôle, un laboratoire pour le contrôle qualité et une pièce pour le stockage de peinture référenciée.
    Tout ce qui sort de l'onduleuse est coupé en plaques. Des plaques faites à la dimension requise pour la caisse finale. Les commandes sont placées sur les lignes de transformation. Ensuite, vient la phase de l'impression, de la découpe et du collage. La phase de transformation tourne avec 3 équipes par jour. Devant chaque machine, un tableau englobe les données statistiques de l'évolution de la qualité, de la productivité ainsi que des données liées à la sécurité et l'environnement.
    Vers la fin du cycle de production, les produits finis sont cerclés et filmés avant d'être expédiés au client.


    Station d'épuration à Kénitra


    CMCP a initié d'une station de traitement des eaux usées à Kénitra. Ce projet a été mis en place en partenariat avec l'Agence du bassin du Sebou et le secrétariat d'Etat chargé de l'Eau et le Fodep. La station a nécessité un investissement de l'ordre de 50 millions de DH et devrait être opérationnelle dès l'été prochain.


    Mohamed AZMANI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc