×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Bulgarie: Un an après, l’«effet Europe»
Entretien avec Katya Todorova, ambassadeur au Maroc

Par L'Economiste | Edition N°:2739 Le 20/03/2008 | Partager

. «Les conditions de vie des ménages se sont améliorées». Les échanges avec le Maroc restent maigres: 69 millions de dollars- L’Economiste: Si vous devriez retenir deux ou trois choses, une année après l’entrée de la Bulgarie dans l’Union européenne, quelles seraient-elles?- Katya Todorova: Sur le plan de la politique extérieure, l’année 2007 a été une réussite et nous pouvons en être très contents. L’une des conséquences les plus importantes pour la Bulgarie, c’est l’adhésion à l’UE avec tous les effets positifs qui en proviennent. La Bulgarie a retrouvé sa place sur la carte de l’Europe unie - une place qui lui appartient aux niveaux historique, culturel et linguistique. La Bulgarie a adhéré à l’UE aussi en sa qualité de fondateur de l’héritage contemporain européen politique et culturel. Le deuxième événement était la participation de la Bulgarie à l’élaboration et la signature du Traité concernant les réformes de l’UE. En collaborant pour la finalisation de ce document important et utile pour l’Union, la Bulgarie était en mesure de défendre ses positions. Ainsi elle augmente de plus en plus son poids sociopolitique non seulement sur la péninsule Balkanique, mais aussi dans l’Europe du Sud-Est et dans la région est de la mer Noire.- Quelles ont été les répercussions de cette adhésion sur l’attractivité de votre pays auprès des investisseurs et de la mise en oeuvre des réformes?- La perspective d’adhésion de notre pays à l’UE ainsi que le maintien à long terme d’une stabilité macroéconomique constituaient une condition préalable pour la croissance économique stable et la promotion d’un climat favorable aux investissements. Ce fait explique l’intérêt durable des investisseurs étrangers pour notre pays. En 2006, les investissements directs étrangers ont été de 4,36 milliards d’euros. Selon les données provisoires de la Banque centrale de Bulgarie, les IDE pour la période janvier-octobre 2007 ont atteint 4,67 milliards d’euros, soit 17,5% du PIB par rapport à la même période de l’année 2006. Le gouvernement bulgare prête une importance particulière à la réalisation des politiques pour l’amélioration du business climat et le climat d’investissement en tant que moyen pour contribuer à l’orientation des investissements vers l’accroissement de la capacité d’export de l’économie bulgare.- Comment l’entrée dans l’Europe s’est-elle répercutée sur le niveau de vie de vos concitoyens?- Suite à la croissance économique importante pour les dernières années (en 2006 le taux de croissance du PIB était de 6,1%), le taux de chômage dans le pays diminue constamment. Il était de 9,1%, se situant dans la fourchette moyenne des pays de l’UE. A la fin du premier semestre de 2007, le taux était déjà de 7,4%. L’application continue d’une politique fiscale stricte se prolongeant, le déficit budgétaire en 2006 était de l’ordre de 3,2% du PIB. Selon les données de l’Institut national de la statistique, l’accroissement réel des revenus pour un ménage en 2006 en comparaison avec 2005 est de 7,5%, l’accroissement réel de la consommation finale pour la même période était de 6,5% (avec une augmentation de la consommation privée pour la période de 7,1%). Ce fait marque la tendance d’un accroissement continu des revenus et du standard de vie des ménages bulgares. - Comment qualifieriez-vous les relations économiques entre la Bulgarie et le Maroc? - Au cours des dernières années, les relations entre nos deux pays dans beaucoup de domaines ont marqué un développement important. Les relations économiques suivent la même tendance mais, dans un certain sens, à un rythme ralenti, ce qui est constaté aussi par nos partenaires marocains et explique notre préoccupation commune concernant la situation des échanges bilatéraux. Le volume des échanges entre nos deux pays (environ 70 millions de dollars américains pour les 10 premiers mois de l’année 2007) est considérable pour l’expérience de la Bulgarie dans cette région, mais ne correspond pas aux capacités et aux souhaits de nos deux pays. A notre avis, une des raisons principales est liée à la période de transition prolongée de l’économie bulgare du système centralisé vers les mécanismes du marché ainsi qu’aux difficultés qui en résultaient. Je tiens à souligner que l’achèvement de ce processus a offert de nouvelles perspectives pour l’expansion du commerce extérieur bulgare au niveau de la qualité et la quantité à la fois.Nous espérons que l’adhésion de la Bulgarie à l’UE et la mise en profit des avantages fournis par notre nouveau partenariat dans les cadres de la coopération euro-méditerranéenne vont contribuer à l’augmentation significative des échanges entre nos deux pays.


Il n’y a pas que Hristo Stoïchkov

- L’Economiste: Du Maroc, beaucoup de gens ne connaissent la Bulgarie que par le football, et un certain Hristo Stoïchkov qui jouait à Barcelone. - Katya Todorova: Mes impressions me font penser que la majorité des Marocains connaît la Bulgarie et c’est grâce aux professeurs, ingénieurs, constructeurs et autres spécialistes bulgares qui ont travaillé et travaillent encore au Maroc. Parfois je me sens touchée par les sentiments d’amitié que l’on me témoigne. Evidemment, il n’est pas suffisant de connaître notre pays seulement par le biais du football et Hristo Stoïchkov. Il est prévu au mois de juin 2008 l’organisation des «Journées de la Bulgarie au Maroc» dont l’objectif principal sera de présenter le potentiel de notre pays. Aussi la partie bulgare prépare la participation des entreprises bulgares au Salon international des produits agricoles qui aura lieu à Casablanca au mois de juin. De même, «Journées du Maroc en Bulgarie» seront organisées à Sofia. On espère être en mesure d’organiser ensemble cette année la 9e Session de la Commission intergouvernementale bulgaro-marocaine de coopération économique, industrielle, commerciale et technique, qui certainement va donner une poussée complémentaire aux relations bilatérales commerciales, et économiques.Propos recueillis par Jihad RIZK

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc