×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Brèves internationales

Par L'Economiste | Edition N°:1902 Le 24/11/2004 | Partager

. Le Chili et le Japon entendent conclure un accord de libre-échangeLe Chili et le Japon vont entamer des discussions en vue de conclure un accord de libre-échange, a indiqué le 22 novembre dernier un communiqué commun du président chilien Ricardo Lagos et du Premier ministre japonais Junichiro Koizumi. Dans un premier temps, les deux pays vont mettre sur pied un groupe d’études conjoint, composé de fonctionnaires, experts, responsables économiques et journalistes, qui se réunira pour la première fois en 2005 afin de discuter des conditions permettant de signer un accord de partenariat économique, selon le communiqué. “Nous nous sommes mis d’accord pour qu’à la fin des études techniques nous commencions à négocier un accord de libre-échange”, a précisé Lagos lors d’une conférence de presse commune avec Koizumi. . L’économie palestinienne de plus en plus paralyséeL’économie palestinienne reste profondément ancrée dans la récession après quatre années d’Intifada et les bouclages des territoires en paralysent l’activité, selon un rapport de la Banque mondiale, publié le 22 novembre dernier. “Les bouclages des territoires sont le facteur-clé de la crise en Cisjordanie. Malgré une stabilisation de l’économie palestinienne en 2003, quelque 47% des Palestiniens vivent toujours en-dessous du seuil de la pauvreté et avec moins de 1,5 dollar par jour. Pour remettre l’économie palestinienne sur les rails il faut, selon le rapport, lever de façon radicale les bouclages des territoires et ouvrir les frontières vers l’extérieur de façon à ce que le secteur privé puisse développer le commerce avec l’étranger.(AFP). Al-Jazira, une chaîne du terrorisme?C’est en tout cas ce qu’affirme le ministre irakien de la Défense, Hazem Chaalane, qui s’en est vivement pris à la chaîne satellitaire Al-Jazira, la qualifiant de «chaîne du terrorisme», dans un entretien publié le 23 novembre par le quotidien arabe Asharq Al-Awsat. Chaalane soutient en outre que l’Irakien Omar Hadid, «un terroriste (...) ayant des liens avec Al-Qaïda», est «le frère» du directeur du bureau d’Al-Jazira en Irak, Hamed Hadid, auquel «il faisait parvenir des vidéos montrant la décapitation de citoyens à Falloujah», ville rebelle théâtre depuis le 8 novembre d’un assaut de l’armée américaine. «Al-Jazira est une chaîne du terrorisme», martèle le ministre, ajoutant que le bureau de cette chaîne qatariote en Irak, fermé depuis plus de trois mois, continue d’opérer «secrètement, en contravention avec la loi». «Viendra le jour où nous allons nous y prendre avec Al-Jazira autrement que par des paroles», menace le ministre. Quelques jours plus tôt, Asharq Al-Awsat, journal à capitaux saoudiens, avait rapporté, citant des «sources de renseignement» irakiennes, qu’Omar Hadid, «principal aide d’Abou Moussab al-Zarqaoui», ennemi numéro un des Etats-Unis en Irak, avait dirigé les rebelles dans les combats contre l’armée américaine à Falloujah. Al-Jazira avait démenti l’information d’Asharq Al-Awsat.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]m
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc