×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Asie: Une réévaluation de la monnaie s’impose

Par L'Economiste | Edition N°:1902 Le 24/11/2004 | Partager

. La Chine, moteur de la région, accusée d’exploiter une monnaie sous-évaluée. Les Etats-Unis font pressionLes pays asiatiques vont probablement permettre une réévaluation de leurs monnaies face au dollar mais sa date et son ampleur dépendent d’une décision de la Chine de laisser s’apprécier le yuan, ont déclaré des économistes. La Chine détient la clé du puzzle en sa qualité de locomotive économique régionale après une dévaluation de quelque 50% du yuan en 1994 qui a débouché sur une croissance alimentée par les exportations. Le résultat a été étonnant mais la Chine se trouve aujourd’hui accusée par ses principaux partenaires commerciaux, au premier rang par les Etats-Unis, d’exploiter une monnaie sous-évaluée pour faire une concurrence déloyale en matière commerciale. La plupart des économies asiatiques ont également entretenu la faiblesse de leur monnaie pour stimuler la croissance mais devant l’élargissement des déséquilibres commerciaux, elles sont aussi soumises à des pressions en faveur d’une réévaluation. La pression, pour l’essentiel, vient des Etats-Unis qui veulent redresser leur déficit des comptes courants au prix d’une baisse du dollar, brutale si nécessaire. Pendant des années, celui-ci a été comblé par les investisseurs étrangers, essentiellement asiatiques qui, en achetant des dollars, ont aussi fait baisser la valeur de leur propre monnaie. Dans ce contexte, c’est une réévaluation du yuan, dont la parité est fixée autour de 8,3 yuans pour un dollar depuis dix ans, qui servira de déclencheur à un mouvement régional, déclare Nizal Idris, analyste en chef à IDEAglobal. De plus, celui-ci confirme l’estimation d’une réévaluation de 5% mais pense que la décision pourrait intervenir plus tôt. “Les commentaires récents des Chinois indiquent que la Banque centrale prépare le marché à une réévaluation qui interviendrait plus tôt. C’est pourquoi nous tablons maintenant sur une réévaluation au second ou troisième trimestre de l’an prochain”, dit-il. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc