×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Palestine: Mahmoud Abbas, candidat idoine à la présidentielle

Par L'Economiste | Edition N°:1902 Le 24/11/2004 | Partager

. Le dossier médical d’Arafat continue de soulever la polémiqueLe Comité central du Fatah a désigné le 22 novembre Mahmoud Abbas (Abou Mazen), le chef de l’OLP, comme son candidat à l’élection du président de l’Autorité palestinienne prévue le 9 janvier, a annoncé la ministre des Affaires sociales Intissar Al-Wazir. Pressenti comme le candidat favori du Fatah pour succéder à Yasser Arafat à la tête de l’Autorité palestinienne, Abbas a rencontré le 22 novembre à Jéricho en Cisjordanie, le secrétaire d’Etat américain sortant Colin Powell, qui a renoué avec la nouvelle direction palestinienne pour la première fois depuis la mort de Yasser Arafat. Si le relais semble assuré, les suspicions concernant le décès de Yasser Arafat persistent. Selon Farouk Kaddoumi, qui a succédé à Yasser Arafat à la tête du mouvement Fatah, le président de l’Autorité palestinienne est mort empoisonné. «Les traitements et les examens médicaux ont écarté toutes les maladies comme une leucémie ou une perte des défenses immunitaires. Pourquoi les plaquettes sanguines continuaient-elles alors à se briser?» a-t-il affirmé. Le neveu de Yasser Arafat, qui a reçu le 22 novembre à Paris une copie du dossier médical du défunt dirigeant palestinien, a indiqué que les analyses médicales ne révélaient aucune trace de «poison connu», sans toutefois exclure l’hypothèse d’un empoisonnement. Les 558 pages du volumineux rapport (plus les radiographies) vont maintenant être transmises à l’Autorité palestinienne, qui a constitué un comité spécial comprenant des médecins, afin de les étudier en détail. Par ailleurs, interrogé sur la candidature du député palestinien Marwan Barghouthi, chef du Fatah en Cisjordanie et l’un des principaux inspirateurs de l’Intifada, condamné à la prison à perpétuité par la justice israélienne, Kaddoumi a estimé improbable que l’Etat hébreu le remette en liberté. En revanche, le responsable palestinien a jugé que l’élection présidentielle prévue le 9 janvier «doit être libre, c’est-à-dire qu’Israël doit se retirer» des territoires occupés «pour que les citoyens puissent voter».Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc