×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Bourse: Trarem fait marche arrière

    Par L'Economiste | Edition N°:2879 Le 13/10/2008 | Partager

    . L’IPO retardée à cause des turbulences du marché. La société rejoindra la cote avant la fin de l’année. Les acheteurs sont «frileux»L’effet psychologique dû à la crise financière internationale continue à se faire ressentir. La panique qui a sévi chez les petits porteurs semble s’étendre aux futurs candidats à la cote. Trarem Afrique, qui vient à peine d’obtenir le visa du CDVM pour son introduction, va annoncer la suspension provisoire de son IPO, en accord avec le gendarme de la Bourse. En cause, la conjoncture actuelle sur la place boursière. «Il y a actuellement beaucoup de turbulences sur le marché, ce qui rend les investisseurs frileux» souligne Abdeljalil Bennis, PDG de Trarem. La direction de la société, dans un communiqué qui sera publié officiellement demain mardi, a ainsi jugé «inopportun de maintenir le calendrier actuel». Ce communiqué devait être visé par le CDVM le week-end. En outre, «nous ne voulons pas nous introduire sans donner nos résultats semestriels», ajoute Bennis. Ceux-ci devraient être intégrés à la note d’information actualisée, puisqu’une IPO est toujours prévue avant la fin de l’année, même si la nouvelle date d’introduction est toujours inconnue. A ce propos, Jalil Bennis se veut rassurant: «Nous sommes convaincus que notre business plan est réaliste, puisque nos fondamentaux et notre organisation sont solides. Si nous n’entrons pas à la cote avant la fin de l’année, nous risquons de rater le rendez-vous pour accompagner notre croissance». Le PDG de Trarem a également souligné qu’il restait confiant dans les fondamentaux de l’économie marocaine. Vendredi, Upline, qui est la société conseil «ne voulait pas faire de commentaire» sur le retrait de son client. Rappelons que Trarem a été fondée en 1957 par Mohamed Bennis, père de l’actuel PDG. Initialement tournée vers le mobilier de cuisine et d’hôpitaux, la société industrielle s’est progressivement orientée vers une spécialisation à 100% en mobilier de bureau. Avec un chiffre d’affaires annuel de 100 millions de DH, Trarem estime détenir 11% de part de marché, ce qui la place en 4e rang derrière ses concurrents: Maroc Bureau, Steelcase et Installator.Certifiée ISO 9001 version 2000 en 2005 pour l’ensemble de ses procédés (conception, fabrication, importation, commercialisation, etc), l’entreprise familiale traite également tous les espaces publics, semi-publics et même privés. La société a profité pleinement de la consolidation du secteur. Pour rappel, ce sont cinq entreprises de mobilier de bureau (de la même taille que Trarem) qui avaient fermé au début des années 2000.


    Trop chère?

    Trarem est une petite société qui a progressé très vite au cours de ces trois dernières années. Cependant, selon des sources internes à une société de Bourse (qui veut garder l’anonymat), la valeur Trarem est trop chère, avec un PER tournant autour de 75. De 2005 à 2006, son chiffre d’affaires a progressé de 30%, passant de 57,8 millions à 75,4 millions de DH. Une hausse essentiellement imputée aux ventes locales. En 2007, le CA a augmenté de 12% pour s’établir à 84 millions de DH. Quant au chiffre d’affaires à l’export, il représente une part non significative dans les revenus et correspond à des opérations non récurrentes. Pour ce qui est du résultat net, il s’est apprécié de 118% entre 2005 et 2006, en passant de 1,14 million à 2,4 millions de DH. A fin 2007, le résultat net était de 3,83 millions de DH, soit une embellie de 54%. Pour ce qui est du résultat d’exploitation de la même année, il s’élève à 10,24 millions de DH, une progression de 172% par rapport à 2006. Trarem emploie entre 200 et 250 employés.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc