×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Bourse en septembre:
Les résultats semestriels passent inaperçus

Par L'Economiste | Edition N°:2375 Le 04/10/2006 | Partager

. Le marché les avait déjà anticipés. Les transactions dominées par Addoha et Maroc Telecom. Aucune tendance claire d’ici la fin de ce moisLES transactions boursières de septembre ont obéi aux stratégies des investisseurs de la place. Elles ont déjoué les pronostics de certains analystes financiers qui prévoyaient une reprise à la hausse suite à l’annonce des résultats semestriels. Il s’est finalement avéré que le marché avait déjà intégré ces données.A l’exception de quelques bonnes surprises (BCP, Centrale Laitière), les résultats annoncés sont parfaitement conformes aux prévisions des investisseurs. Au lieu de prendre des positions sur les valeurs performantes, ils se sont limités à la prise de bénéfice en attendant de déployer leur stratégie 2007.La stagnation du mois d’août s’est poursuivie durant la première semaine de septembre. Cette tendance s’est estompée suite à l’annonce des premiers résultats semestriels. Le marché a enregistré un regain de progression jusqu’à la fin de la première quinzaine. La seconde moitié de septembre a été marquée par un léger mouvement de correction sous l’effet des prises de bénéfices.L’évolution globale des indices ressort en définitive à 2,51% pour le Masi (8.069,89 points) et 2,43% pour le Madex (6.543,87 points). Les progressions annuelles s’établissent ainsi à 45,69% pour l’indice global et 50,13% pour celui des valeurs les plus actives. Ces performances demeurent nettement supérieures à celle de l’année dernière, mais encore faut-il que le marché puisse les préserver jusqu’à la fin de l’année. Ces évolutions sont intervenues sur un marché peu animé. Addoha et Maroc Telecom accaparent toujours l’attention des investisseurs totalisant à eux deux plus de la moitié du chiffre d’affaires mensuel. La valeur immobilière a réalisé la plus forte hausse du mois, soit 27,88% à 1.220 DH, dans un volume proche de 3,4 milliards de DH. Bien qu’il draine toujours des volumes importants (2,5 milliards de DH en septembre), Maroc Telecom termine le mois dernier sur une progression timide de 1,74% à 132,5 DH. Comme pendant l’été, les blue chips de la place ont encore été décevants. Les meilleures d’entre elles ont réalisé des volumes inférieurs à 500 millions de DH. Les valeurs de la place ont, finalement, totalisé 10,27 milliards de DH dont 9,68 milliards ont transité par le marché central. Le compartiment de blocs n’a drainé que 295 millions de DH sur un mois. Ce délaissement du deuxième compartiment témoigne de la profondeur du marché et de la maturité des investisseurs. Le marché central garanti en effet plus de transparence par rapport aux transactions de gré à gré. Cette tendance s’explique également par l’intérêt des investisseurs à sécuriser leurs placements au maximum. Ils préfèrent passer par le marché central pour bénéficier de la garantie de bonne fin des transactions qui n’existe pas sur celui de blocs. Les plus importantes variations à la hausse et à la baisse n’étaient pas issus de spéculation sur les petites capitalisations comme pour les deux mois précédents. En fait, les décisions d’investissement deviennent plus réfléchies et ne dépendent pas autant des «bruits de couloirs», selon des analystes. A part Addoha, les plus fortes hausses ont concerné le nouveau venu Distrisoft qui a pris 22,02% à 798 DH en moins d’une semaine de transactions et la BCP, dont le titre a bondi de 15,84% à 1.170 DH. Les volumes réalisés par les deux titres sont toutefois médiocres. Les valeurs baissières les plus en vue sont SMI (-29% à 710 DH) et Diac Salaf (-13,01% à 152,15 DH) qui n’ont drainé que quelques millions de DH de chiffre d’affaires. Comment évolueront les transactions pour le reste de cette année? D’ici à la fin du mois de Ramadan, les analystes prévoient une évolution erratique des indices et des volumes. Aucune tendance claire ne se dégagerait au terme de ce mois. Il faudrait ensuite s’attendre à un mouvement de correction en attendant la mi-décembre. A partir de cette date, les investisseurs vont déployer leurs stratégies pour 2007 en fonction de leurs prévisions de croissance économique et leurs anticipations sur les résultats annuels des sociétés cotées.


Le phénomène Addoha

L’ASCENSION du titre Addoha en Bourse n’est pas prête à s’estomper. Les analystes de la place ne sont pas en mesure de prédire la durée de cette tendance qui se poursuit depuis juillet dernier. Ils sont, néanmoins, unanimes à dire que la valeur a encore du potentiel. Surtout après ses résultats semestriels rassurant et ses achats massifs de terrains opérés depuis l’introduction en Bourse. Addoha est de loin la valeur la plus liquide du marché. Elle est de plus en plus prisée par les investisseurs étrangers.Nouaim SQALLI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc