×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

BMCE Bank assainit son portefeuille et promet «une explosion de parts de marché en 2005»

Par L'Economiste | Edition N°:1735 Le 29/03/2004 | Partager

. Le résultat net en hausse de 45%. Bonne performance pour les assurancesSatisfecit général pour le management du groupe Benjelloun lors de la présentation des résultats annuels vendredi 26 mars. Pour la branche banque, les premiers fruits de la stratégie de développement du marché des particuliers et de consolidation du positionnement du marché entreprises commencent à poindre à l'horizon pour BMCE Bank. 2003 aura été, pour la filiale du groupe Finance.com, l'année de la consolidation financière. Ainsi, le résultat net agrégé progresse de près de 45% à 407,8 millions de DH, alors que le résultat d'exploitation dépasse le 1 milliard en hausse de 14,6%, en raison notamment du recul des charges générales d'exploitation. Véritable baromètre de l'activité bancaire, le PNB ne progresse, en revanche, que de 0,2% en 2003, s'établissant à 2,23 milliards de DH. Les particuliers et MRE y ont participé à hauteur de 38%, alors que le marché des PME/PMI et Corporate y ont contribué respectivement à hauteur de 24 et 12%. L'effort de rationalisation des charges a eu pour effet une compression du coefficient d'exploitation de 2,3 points à 55,7%. Quant aux dépôts et crédits nets à la clientèle, ils sont en progression respectivement de 15,6 et 7% contre une performance de 8,7 et 11% pour le secteur bancaire. Les parts de marché évoluent, quant à elles, de 1 point en pourcentage pour les dépôts globaux à 16,1% et de 0,3 point de pourcentage pour les crédits globaux à 16,7%. La rationalisation du portefeuille de participation de BMCE Bank a nettement contribué à la bonne tenue des résultats avec plus de 62,6 millions de DH. Fruit de plus-values nettes réalisées sur cession de titres de participation. Le management a poursuivi, lors de l'exercice 2003, l'effort d'assainissement du portefeuille par l'affectation de 707 millions de DH de dotations globales brutes aux provisions. La banque a, en effet, passé plus de 642 millions de DH de provisions pour créances sur clientèle. Ce qui représente des dotations nettes aux provisions sur créances de 471,6 millions de DH. Pour leur part, les assurances ont aussi enregistré une bonne année. Sur le point de fusionner, les deux compagnies du groupe ont surperformé, réalisant des bénéfices de 236 millions de DH pour la RMA et 235 millions de DH pour Al Wataniya, en progression de 31 et 80%. Les deux entités s'accaparent 23,5% de parts de marché et réalisent un total de primes émises de 2,77 milliards de DH. La branche télécoms du groupe ne serait en équilibre qu'en 2005, précise le management. Une première distribution de dividende est en effet prévue l'année prochaine. Pour l'exercice 2003, Méditel a enregistré un résultat brut d'exploitation de 1,05 milliard de DH. F.T.


. Le crédit immobilier, un important gisement.... ... «sans taux alarmant d'impayés»Il y a quelques mois, nombreux sont ceux qui avaient prédit un bilan des plus négatifs au groupe BMCE Bank à fin 2003. Or, au terme de l'année, la réalité a été tout autre (voir résultats article ci-contre). Derrière ce bond, le management fait valoir une stratégie de développement et des projets structurants entamés en 2003. Parmi les axes stratégiques, figurent essentiellement une consolidation des acquis, une accélération de la croissance du segment des particuliers et une augmentation de la part de marché MRE. Mais également la mise en oeuvre d'une stratégie différenciée avec une politique d'accompagnement des PME-PMI en termes de suivi et de conseil, ponctuée par une maîtrise des risques. Par ailleurs, la banque a fait valoir des efforts en termes de consolidation des acquis, notamment sur le volet activités du marché. Les orientations de la banque s'articulent autour de la proximité (13 nouvelles agences, soit 220 dans l'ensemble), la refonte et le lancement de nouveaux produits. En témoignent les nouvelles formules de crédit à la consommation et surtout immobilier (Immo Plus et Crédit Plus). “Un gisement à risque qui a déclenché une agressivité commerciale sans pareille dans le secteur bancaire”, estime un analyste. La banque mise beaucoup sur le logement social (Salaf Imtilak et Salaf Soukna), dont la clientèle est considérée “parmi les plus solvables” par le management. A lui seul, le crédit immobilier a réalisé une croissance de près de 140% chez BMCE en une année sans “taux alarmants d'impayés”. Autre facteur de développement commercial, le nombre de comptes clients qui est passé à près de 1 million contre 853.000 en 2002, soit 120.000 nouveaux clients. Une performance que le management attribue à l'amélioration de la qualité de service orientée clients et des indicateurs de productivité. Par jour, le nombre d'opérations effectuées a connu une hausse de 5,3%, soit 76 opérations par agent. Mais aussi, une politique de bancarisation et d'implantation dans les quartiers défavorisés où les taux d'épargne sont jugés importants. Une enquête clientèle a été effectuée et a relevé ‘'l'un des taux de satisfaction les plus probants de la place'', soit au-delà de 95%. La nouvelle reconfiguration en cours du réseau devrait focaliser l'innovation, davantage de proximité, la réactivité et une capacité de répondre à des besoins précis. In fine, “devenir la meilleure banque de la place mais pas la grande”.. Selon les prévisions, si 2003 aura été consacrée à la mise en oeuvre de projets structurants, l'année en cours sera une étape charnière. Quant à l'année 2005, elle devra connaître une explosion de la BMCE en termes de parts de marché et de qualité de service”.

Gouvernance collégiale

Le Conseil d'administration de la banque a procédé à une cooptation d'administrateurs directeurs généraux. Une décision du top-management qui “vient renforcer une gouvernance exécutive collégiale en conférant des pouvoirs renforcés, à la fois individuels et collectifs”, explique Brahim Benjelloun Touimi. Pour le Conseil d'administration, c'est un signal fort et clair, donné à l'actionnariat, au personnel et à l'opinion publique, d'une gouvernance qui sera davantage exécutive, est-il ajouté. Parmi les nouveaux DG, figurent Jaloul Ayed, Mamoun Belghiti, Mohammed Bennani et Brahim Benjelloun-Touimi. Un aménagement de l'organigramme avec davantage de prérogatives qui viennent accompagner la nouvelle démarche de la banque.A. R.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc