×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Casablanca: Une nouvelle copie du schéma directeur en projet

Par L'Economiste | Edition N°:1735 Le 29/03/2004 | Partager

. L'urbanisation va plus vite que les infrastructuresVingt ans après l'entrée en vigueur du schéma directeur, l'heure est au bilan. Tout le monde s'accorde sur le fait que l'actuel schéma directeur est obsolète. Une simple révision de ce document ne serait pas suffisante. Les avis convergent plutôt pour une refonte profonde et complète de ce qui devait faire de Casablanca une métropole moderne et structurée sur le plan urbanistique. La multitude des intervenants dans la prise de décision et l'octroi des autorisations n'a pas été pour arranger les choses. Résultat: des projets, pourtant décisifs pour la ville, n'ont pas été réalisés ou ont été abandonnés à mi-chemin. C'est le cas, par exemple, de l'Avenue des Préfectures et l'Avenue Al Qods dont le tracé figure sur le schéma directeur et qui n'ont jamais vu le jour. Pourtant, ces deux axes auraient pu décongestionner les entrées sud de la ville empruntées en grande partie par les camionneurs. C'est que l'évolution urbanistique de la ville est plus rapide que les infrastructures, diront certains observateurs. En effet, des quartiers voient le jour dans la périphérie, obligeant les dirigeants de la ville à mettre en place des services d'accompagnement. Souvent, ces nouvelles extensions ne se font pas dans les normes du schéma directeur, ce qui ouvre la voie à des abus. C'est peut-être aussi parce que le schéma directeur impose des critères qui ne sont plus adaptés. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle l'Agence urbaine réagit. Une rencontre a eu lieu la semaine dernière pour évaluer ce schéma directeur, poser les grands problèmes et impliquer tous les partenaires dans la recherche de solutions opérationnelles. Le wali, le maire de la ville, architectes, promoteurs immobiliers… étaient présents. Pour eux, la ville a plus besoin d'un plan stratégique qui doit prendre la place du schéma directeur. La réflexion qui doit donc être engagée dans ce cadre doit impérativement émerger de la concertation entre ces différents partenaires. A eux de déterminer les priorités et d'évaluer les besoins pour l'élaboration du plan stratégique de développement. Celui-ci doit, en principe, être prêt fin 2005.Les partenaires doivent donc tenir compte des impératifs de logement décent, de transport, de soins, de scolarisation et aussi de déplacements des populations. L'aboutissement du nouveau plan va, en fin de parcours, arriver à «atténuer les fractures et les disparités économiques et sociales, notamment en augmentant le taux d'équipement en infrastructures des quartiers démunis. Des opérations d'aménagement adaptées aux besoins et aux conditions socio-économliques des citoyens concernés sont également envisagées.


Convention

Une convention de partenariat a été signée, la semaine dernière, entre l'Agence urbaine de Casablanca (AUC) et l'Institut d'aménagement et d'urbanisme de la région Ile-de-France (IAURIF). Aux termes de cette convention, l'IAURIF fournira une assistance technique à l'Agence urbaine pour l'élaboration du nouveau plan stratégique pour le développement de Casablanca. L'organisme français a déjà procédé à l'évaluation de l'actuel schéma directeur d'aménagement. J. E. HERRADI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc