×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Bilan d'une saison : Climatiseurs: les ventes stagnent malgré les innovations

    Par L'Economiste | Edition N°:48 Le 08/10/1992 | Partager

    L'été se termine, pour la plupart des sociétés de climatisation, sur une impression morose. Les difficultés de trésorerie, mais aussi la concurrence de plus en plus serrée, expliquent ce bilan mitigé.

    La chaleur n'a pas été au rendez-vous cette année pour les sociétés de climatisation. Pour beaucoup de professionnels, les ventes n'ont pas été supérieures à celles de l'année passée. "Nous avons réalisé à peu près les mêmes chiffres que 1991", précise M. Mohamed Tazi, Président Directeur Général de la société Umareq, représentant exclusif de la marque Air Well. D'autres sociétés ont connu une baisse des ventes à partir du mois d'Août.
    Ce ralentissement des ventes s'explique, notamment, par les difficultés de trésorerie auxquelles sont confrontés tous les secteurs de l'économie. "Nous pouvons également l'expliquer par la concurrence de plus en plus vive ressentie au niveau de nos ventes", souligne M. André Darnaude, Directeur Général de la société Ventec Maroc. La société est depuis le début des années soixante représentant exclusif de la marque Carrier, dont 90% de l'activité sont consacrés à la climatisation. D'une manière générale,
    les ventes, précisent les professionnels, ne s'arrêtent pas à la fin de l'été. Elles subissent un sérieux ralentissement, de 70 à 80%. En effet, les nouveaux climatiseurs possèdent aujourd'hui des pompes à chaleur qui remplacent la simple résistance. Ces nouveaux produits deviennent en hiver de véritables systèmes de chauffage.

    Généralement produit d'achat "réfléchi", le climatiseur est un article pour lequel le client compare certains critères, tels que l'aspect pratique, la qualité, le style et le prix, avant d'effectuer son achat. Aujourd'hui, constatent les professionnels, on assiste de plus en plus à un phénomène de "démocratisation" de la climatisation. C'est un signe d'amélioration du confort professionnel et domestique.

    Le créneau du climatiseur individuel, ajoutent-ils, s'est développé. Les marques se sont multipliées et les disponibilités se sont agrandies. Toutefois, ajoutent-ils, la qualité et le service après-vente n'ont pas suivi. "Lorsqu'un client investit jusqu'à 18.000DH, il est en droit d'attendre un bon service après-vente et lorsqu'il y a une réparation à effectuer, il doit être sûr que les pièces détachées sont disponibles", explique M. Tazi.

    Un acheteur, ajoute-t-il, doit se renseigner, savoir si la marque répond aux conditions exigées. Il s'agit surtout de s'assurer de la fiabilité, de la qualité du service après-vente, de la disponibilité des pièces détachées et du niveau sonore de l'appareil.

    Ne possédant pas de statistiques officielles, les professionnels estiment le marché des climatiseurs entre 8.000 et 10.000 unités vendues par an. Il s'agit de climatiseurs individuels ou résidentiels, expliquent les professionnels.
    Près de 70% du marché sont détenus par les marques Air Well et Carrier.
    Sur le marché, deux grands types de climatiseurs sont commercialisés et peuvent être soit des "mono-bloc" soit des "split system".
    L'individuel, contrairement au centralisé, est un climatiseur destiné à rafraîchir (ou le cas échéant à chauffer) une seule pièce. Chaque pièce ou bureau dispose de son appareil.
    Le centralisé, quant à lui, englobe les moyennes et les grandes puissances. Il s'agit d'une machine, appelée dans le jargon "centrale", qui, à travers des gaines, envoie l'air froid ou chaud qui traverse plusieurs pièces. Ce système permet de rafraîchir l'ensemble d'un bâtiment, par exemple, à partir d'une seule machine ou centrale.

    Une petite centrale

    La frontière entre l'individuel et le centralisé est floue. Ainsi, par exemple, depuis deux ans, la société Umareq commercialise au niveau des climatiseurs individuels split, le "multisplit". Il s'agit d'un appareil individuel équipé de trois ou quatre terminaux reliés par des tuyaux pour traiter trois ou quatre locaux simultanément ou indépendamment. "C'est un individuel qui devient une petite centrale", explique M. Tazi.
    Certains bâtiments de collectivités ou hôtels conjuguent les deux systèmes.
    Le "mono-bloc", quant à lui, est constitué, comme son nom l'indique, d'un seul ensemble. "Il est disgracieux car il faut percer le mur pour l'installer et moins bon sur le plan sonore que le split-system". Celui-ci, constitué de deux blocs, a l'avantage d'être "discret". Les nouveaux modèles sont accompagnés d'accessoires ou d'options tels que le chauffage par inversion de cycle ou la commande à distance avec thermostat. Cette dernière option a été introduite en 1992 par la société Umareq et pour 1993 par la société Ventec Maroc.
    Les prix des climatisateurs varient selon les différents types, Monobloc ou Split System, chauffage par résistance ou pompes à chaleur. Ainsi, par exemple, les prix des split system varient de 18.000 à 30.000 DH et les prix des monoblocs de 7 à 14.000 DH.
    Les principaux clients des différentes sociétés sont les entreprises, les agences de banques, les particuliers, les hôtels "dans une moindre mesure" et l'Administration.

    S'agissant de l'importation, les sociétés établissent un programme pour la saison en collaboration avec les fournisseurs. Les commandes se font tous les six mois. Par exemple Umareq rectifie le planning au fur et à mesure des réalisations. Pour la société Ginza Electronics, les climatiseurs sont livrés à la fin de chaque mois et la commande doit être confirmée une année à l'avance. "Les Japonais sont très méthodiques. Ils travaillent à l'année", indique M. Saïd Boubeddi, Responsable du Département Froid et Climatisation de la société Ginza Electronics.
    Les pays d'origine sont généralement la France pour la marque Air Well, le Japon pour Toshiba et l'Italie et l'Arabie Saoudite pour Carrier et la marque Delchi.
    Les droits de douane et taux cumulés sont environ de 30%.
    Concernant la distribution, elle s'effectue à travers des agents agréés implantés à travers le Maroc. "Il s'agit généralement d'installateurs agréés qui bénéficient notamment de l'image de marque que nous commercialisons et des campagnes de publicité que nous effectuons depuis environ trois ans", souligne M. Darnaude.
    "S'il s'agit de gros marchés, nous les aidons ou nous prenons en charge nous-mêmes ces marchés", indique M. Tazi.
    Enfin, les achats sont généralement accompagnés de contrat d'entretien avec des visites effectuées tous les trois mois "pour un contrôle préventif".

    M.O.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc