×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Besnier entre dans Les Caves du Roquefort

    Par L'Economiste | Edition N°:48 Le 08/10/1992 | Partager

    Le groupe Besnier, qui fabrique le Camembet "Président", s'apprête à acquérir 57% du capital de l'entreprise aveyronaise, Les Caves de Roquefort, qui avaient été mises en vente après la prise de contrôle de Perrier par Nestlé. Le Crédit Agricole, deuxième actionnaire de Roquefort, chargé d'assurer la cession des titres, avait à choisir entre le groupe savoyard Entremont et Besnier.

    Le choix de la banque verte s'est finalement porté sur Besnier. "Le Roquefort Société a perdu des parts de marché ces dernières années, c'est un challenge industriel. Il fallait donc un repreneur qui prenne le contrôle, engage son argent et décide. La solution d'Entremont était relativement moins claire", explique-t-on au siège parisien du Crédit Agricole.

    A la veille du remaniement, le Ministre français de l'Agriculture avait appelé le Crédit Agricole à retenir, pour le rachat de Roquefort (1,2 milliard de Francs de chiffre d'affaires), la candidature d'Elf-Sanofi, qui détient 49% du fromager Entremont. "Roquefort serait devenue une filiale d'un conglomérat pétrolier" (Entremont est filiale de Sanofi, elle-même filiale d'Elf-Aquitaine). On pouvait craindre qu'Elf se recentre un jour sur ses métiers de base, et nous serions revenus au point de départ avec une nouvelle mise en vente", commente-t-on encore à la banque verte. Pour prendre le contrôle du Roque-fort Société, Besnier déboursera une somme de 860 millions de Francs. Il occupera cinq sièges d'administrateurs au conseil, autant que le Crédit Agricole, qui détient 26% des actions, et s'engage à maintenir et à respecter les habitudes auxquelles sont attachés les Aveyronais.

    Dans cet objectif, " il n'y aura aucun transfert de siège, nous n'établirons aucun lien en-dehors de notre présence au conseil d'administration", assure Bernard Aubert de Besnier. Et d'ajouter que l'actuel président de Roquefort conservera son fauteuil. Plus rassurant encore, Besnier s'en-gage à maintenir l'accord inter-professionnel liant les fabricants de Roquefort aux 3.000 éleveurs régionaux de brebis. Accord qui a permis depuis des décennies de "maintenir un équilibre économique dans la région, en évitant les grandes fluctuations du prix du lait". Selon les termes du contrat, le lait produit est ramassé à un prix fixe. Pour le lait destiné à la fabrication du Roquefort, le litre est payé un peu plus de 7 Francs, le surplus à moins de 4,50 Francs.

    Rubrique réalisée par Hakima EL MARIKY

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc