×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

BCE: Une hausse de taux prévue en juin

Par L'Economiste | Edition N°:2261 Le 24/04/2006 | Partager

. Les marchés financiers sont confortésLe chef économiste de la Banque centrale européenne (BCE), Otmar Issing, conforte les attentes des marchés financiers. Ces derniers misent sur un relèvement des taux directeurs de la zone euro en juin. «Les anticipations des marchés qui tablaient sur une hausse d’un quart de point à 2,75% du principal taux directeur début juin sont plus conformes à notre évaluation», a déclaré Issing au quotidien International Herald Tribune. Encouragés par la publication de bonnes statistiques économiques et de nombreuses mises en garde des gardiens de l’euro sur les risques inflationnistes, les marchés avaient parié sur une accélération du rythme de hausse de taux et prévoyaient un nouveau tour de vis dès le mois de mai. Mais début avril, le président de la BCE, le Français Jean-Claude Trichet, leur a fait savoir que «juin reste l’échéance la plus probable pour le prochain relèvement».La BCE a augmenté ses taux d’un quart de point en mars dernier. La mise au point, inhabituelle, de Trichet n’est pas appelée à se renouveler régulièrement. «Il s’agissait d’une occasion exceptionnelle qui ne deviendra pas une pratique usuelle», a expliqué Otmar Issing. Sinon, les marchés pourraient se faire un scénario et attendre de la Banque centrale qu’elle le commente. «Nous n’allons pas nous laisser embarquer dans un tel jeu», a-t-il ajouté. Le chef économiste de la BCE a de nouveau fait part de ses inquiétudes sur les risques d’emballement des prix, après le pic atteint par les prix du pétrole brut. Il a par ailleurs qualifié «d’évolution alarmante» la hausse des prix à la production en Allemagne. Ils ont bondi de 5,9% en mars sur un an. C’est la hausse la plus forte depuis juin 1982, principalement en raison du pétrole cher. La BCE redoute l’apparition d’effets de second tour, à savoir une contagion de la hausse des prix sur les salaires, qui provoquerait dans la foulée une spirale inflationniste. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc